Image
Image
Image
Image
Ecole nationale supérieure d'architecture et paysage de Lille
Image
Image
Image
Valider
Image
ensapl English
Image
Image
Recherche
  l  
Autres actualités
Image
Image
-
spacer
Les coupoles remarquables en béton translucide

Exposition-installation, du 8 au 17 avril 2019

Lieu : Mairie de Cambrai, salle république
Horaires:  14h-17h00

Cette exposition, conçue par Yassine Kébir (architecte, doctorant au Lacth, Ensap de Lille/EDSHS), est l'occasion de découvrir, dans une installation lumineuse, des pavés et briques de verre emblématiques de l'histoire de l'architecture du XXe siècle et quelques coupoles phares les ayant mis en œuvre.

Exposition réalisée grâce à la mise à disposition de la collection de pavés et de briques de verre de Pierre Roquette (société Saverbat) et au concours de Sébastien Fremont (chef de l'atelier Echelle 1 à l'Ensapl) et des adhérents du Fabricarium de Polytechnique de Lille (Thomas Dienne resp.).

Exposition itinérante prochainement présentée à l'ENSAPL.

 

Présentation :

« Dans les contextes de l'entre-deux-guerres et de la reconstruction, le procédé Béton Translucide s'est révélé être une alternative économique et une solution architecturale dans la quête de la lumière dans des gabarits anachroniques. Le béton, matériau moderne qui se substitue à la pierre de taille, le verre et sa capacité à reprendre les efforts de traction, forment un amalgame homogène et monolithique. En France un premier brevet est déposé en 1909 par Gustave Joachim. Cet ingénieur s'est saisi des techniques de confection du béton pour élargir l'usage de ce procédé au bâtiment. Mais c'est à partir de 1855 que l'industriel Thaddeus Hyatt entreprit de noyer dans un amalgame de ciment des pavés ronds en verre. Depuis cette époque, l'évolution des modes de confection des ciments armés et des verres n'a cessé d'améliorer ce matériau composite. L'incidence des ciments Vicat, du béton armé de Coignet et des systèmes Hennebique et Cottancin, a en effet permis l'émergence, le long du XIXe siècle était de permettre l'émergence d'un nouveau béton. Un autre corps de métier vit le jour à l'aube de la première exposition universelle de 1900, celui des constructeurs poseurs de verre, des glaceries anciennes qui vont progressivement réadapter leurs machines, qui jusque-là, produisaient de la cristallerie et de la miroiterie à la faveur de produits manufacturés, résistants et surtout d'apparat.

Dans un premier temps, le béton translucide va prendre place dans les équipements publics et privés. Une orientation qui sera motivée par l'assurance d'une viabilité économique pour le constructeur. Ainsi, les établissements Dindeleux, Divorne ou le Forestier garniront les halls des banques, des gares, des piscines et autres bâtiments publics, de voûtes et de marquises rivalisant par le chatoiement des verres et par la rigueur démonstrative des poutraisons en béton.

Ce patrimoine architectural, rendu banal par une large diffusion jusque dans les années 1960, nous renvoie à ses premières distinctions et récompenses lors de l'exposition internationale des arts du travail de 1912 et celle des arts décoratifs de 1925. Il n'en reste pas moins que sa persistance dans le temps et dans le paysage des centres villes doit nous interpeller sur sa qualité, sa vocation et les enjeux liés à sa valeur patrimoniale. Cette exposition vous invite à porter un regard critique sur ce patrimoine, à travers les maquettes de plusieurs coupoles en béton translucide accompagnées de leurs pavés et briques de verre ».

Yassine KEBIR, Doctorant en histoire de l'architecture LACHT-EDSHS

 

Appel à propositions : Cahiers thématiques n°19

« Technologie et bâtiment : un patrimoine silencieux »

DIRECTION SCIENTIFIQUE

Antonella Mastrorilli, architecte, professeur en Sciences et Techniques pour l'Architecture à l'Ensapl et chercheur au LACTH (domaine Matérialité).

Éric Monin, architecte, professeur en Histoire et Cultures architecturales à l'Ensapl et chercheur au LACTH (domaine Histoire).

Ill.(DR): couverture de L''Architecture du XXe siècle
de Bernard Champigneulle et Jean Ache (1962)

CADRAGE

Ce dix-neuvième numéro, coordonné par les domaines «Matérialité» et  Histoire»et  dont la parution est prévue en 2020, sera consacré à la question des héritages techniques de l'architecture du XXe siècle. Silencieux et discrets, parfois cachés, très souvent assujettis aux impératifs de l'adéquation technique, ces héritages méritent d'être connus et préservés dans l'intérêt des générations futures.

Ce numéro s'inscrit dans la continuité des actions pédagogiques et de recherche du LACTH dans le cadre de l'appel à projet « Architecture du XXe siècle, appel à projet pour la ville durable du XXIe siècle » lancé par le Ministère de la Culture et vise à questionner les chercheurs sur les opportunités ouvertes par la connaissance intime et bienveillante d'un patrimoine collectif, diversifié, parfois banal, source potentielle d'inventions.

 

CALENDRIER

25 mars 2019 : Lancement de l'appel à contributions

25 avril 2019 : Réception des résumés

15 mai 2019 : Avis du comité de lecture sur les propositions

1er septembre 2019 : Réception des articles

Février 2020 : Parution des Cahiers thématiques n°19

 


Soutenance de HDR de Cécile Regnault

à l'Ensapl, salle Mallet-Stevens, vendredi 8 mars 2019 (14h00)

Cécile Regnault, Maitre-assistante titulaire ENSA de Lyon, soutiendra sa HDR, intitulée
"La part sonore de l'architecture. De l'expérience à l'expérimentation"

Devant le jury composé de
. Pascal Amphoux, Professeur - Ensa de Nantes, UMR AAU, rapporteur.
. Anne Boissière, Professeure - Université de Lille
. Daniel Deshays, Professeur - ENSAT.
. Catherine Grout- Professeure - Ensap de Lille, LACTH, garante.
. Eric Monin, Professeur- Ensap de Lille, LACTH, rapporteur
. Jean-Philippe Pierron, Professeur - Université Lyon 3, rapporteur.
. Sylvie Salles, Professeure - Ensp Versailles LAREP.

 > Télécharger l'annonce (pdf)

Résumé

Saisissant le tournant sensible des études sur les milieux habités, cet essai tente d'éclairer les ressources le plus souvent insoupçonnées de la part sonore de l'architecture. L'exploration ouvre trois ordres de questionnements. Un premier, d'influence phénoménologique, sur l'acuité du sens de l'ouïe, associée aux autres sens dans l'expérience des espaces vécus. Un second, à tendance pragmatique, sur la portée qu'a pu occuper, ou que prendra demain, le sonore dans la production de l'espace habité. Enfin, un troisième, plus théorique, qui cherche à définir les dynamiques de l'espace sonore.

Pour aborder ces questions, j'ai choisi de revisiter l'architecture sous un angle résolument personnel en faisant appel à mes propres expériences. J'ai complété cette approche expérientielle par des récits sensibles d'auteurs ayant su saisir le sonore dans leurs explorations spatiales (Peter Szendy, Henry David Thoreau, Rainer Maria Rilke, John Avery Lomax, Philippe Rahm, Catherine Grout, Henry Torgue, Alain Cavalier). C'est donc à partir de récits d'expériences situées, fondatrices ou plus banales, que j'entends restituer la puissance imaginative de l'écoute comme mode d'être au monde, passant insensiblement d'une écoute flottante à une attention experte. L'analyse croisée des récits conduit petit à petit à réinterpréter les quatre niveaux d'attention de l'audible, empruntés au compositeur Pierre Schaeffer et revisités, entre autres, par François Jullien et Pascal Amphoux : ouïr, écouter, entendre, comprendre.

De l'expérience à l'expérimentation, j'envisage aujourd'hui un projet scientifique axé sur l'expérimental sous des formes de recherches-création qui garantissent une affectation explicite des sons. Que l'usage du sonore comme médium intégré au processus de projet soit plus naturel pour les professionnels de l'espace. Que les architectes puissent expérimenter leurs idées dans des auditoriums d'un nouveau genre. Que ces expérimentations de restitution immersive puissent contribuer à inventer des méthodes sensibles plus holistiques où l'analyse, la conception et, in fine, la production de l'espace construit s'hybrident plus qu'elles ne se succèdent.

Au sein de l'économie émergente du marketing sensoriel, l'économie de l'attention au sonore, évoquée par Matthew Crawford, est peut-être une nouvelle voie, centrée sur l'expérience, que l'esprit de synthèse de l'architecte pourrait porter. Le chercheur en architecture gardant quant à lui son rôle de passeur dans les mises en tension de l'espace sonore en action.


Parution : Cahiers thématiques n°18

Hospitalité(s) : espace(s) de soin, de tension et de présence


Sous la direction de Céline BARRERE et Catherine GROUT
Edition ENSAPL-MSH, 2018, 256p.

L'hospitalité est abordée ici à partir de la question spatiale et de ses enjeux, en partant du postulat que toute conception et réalisation spatiale, qu'elle soit architecturale, urbaine, paysagère ou artistique, accompagne l'expérience des personnes, d'une manière ou d'une autre, directement ou par résonance. Ce, afin de répondre à la problématique suivante : comment l'architecture et les espaces modifient-ils la considération de l'hospitalité et quelle spatialisation concernerait l'hospitalité ? Pour ce faire, nous nous attachons plus particulièrement aux lieux de soin, depuis l'hôpital jusqu'au domicile, les lieux de soin étant entendus au double sens de cure (l'action de soigner) et de care (le prendre soin). L'hôpital y apparaît ainsi comme une figure centrale - en tant qu'architecture(s), institution globale, regroupement de services -, sans être la seule situation étudiée.

Dans l'ensemble de ce numéro, l'espace est considéré comme un substrat, une condition, un vecteur ou un résultat, et l'expérience se révèle être autant un mode d'appréhension de l'hospitalité (par et dans l'expérience) qu'une condition de l'hospitalité en tant qu'épreuve. Trois thématiques structurent le numéro. La première, intitulée « Hospitalités, conceptions architecturales et réalisations concrètes », se positionne dans le champ de l'architecture et de son histoire. La deuxième, « À l'épreuve du quotidien : les acteurs en milieu hospitalier », se situe dans les champs de la médecine, de la sociologie, de l'histoire de l'art et de la médiation culturelle, tandis que la troisième, intitulée « À l'épreuve du quotidien : les situations, de l'hôpital au chez-soi », est issue des champs de la philosophie, de l'ethnologie et de la sociologie. Ces thématiques abordent des situations diversifiées en termes d'étapes du cycle de vie, d'espaces de référence, de contexte hospitalier, d'expérience hospitalière. Enfin, au plus près de la situation vécue et narrée, un cahier final de témoignages rassemble les voix de soignants, de soignés, d'artistes et de chercheurs.

Avec les contributions de Gina Aït Mehdi, Lina Bendahmane, Elvire Bornand, Arnaud Bouaniche Félix Chartré-Lefebvre, Aurore Delaby, Sylvie Duquesnoy, Marie Gaimard, Tudi Gozé, Natacha Guiller, Natasia Hamarat, Line Happi, Manon Labarchède Marie Lavorel, Frédérique Massat, Sebastian J. Moser, Jean-Philippe Pierron, Eve Roy, Catherine Scarpulla, Donato Severo, Tamar Tembeck, Alexandra Tessier, Arnaud Théval, Mélanie Tocqueville et Julie Vergnes

Un étudiant de Lille lauréat du Prix CILAC/Jeune chercheur 2018

 Les lauréats du prix CILAC Jeune chercheur.euse 2018 sont :
 
. Maxime LAMBELIN, Le nœud Spherobat : une « structure d'étendue illimitée », mémoire de recherche de Master, ENSAP Lille, 2018 (séminaire "Archéologie du projet", s. la dir. de E. Monin et C. Blain)
 
. Claire GOUJON, Réhabilitation de la dernière friche industrielle de la vallée de la Durdent : la Maggi, projet de fin d'étude, ENSA de
Normandie, 2018
 
Toutes nos félicitations !!!

 
Sur le CILAC :
Fondé en 1979, le CILAC est l'association nationale de défense et de valorisation du patrimoine industriel en France, représentante de TICCIH. Le CILAC rassemble plusieurs centaines de membres et sympathisants, répartis dans la quasi-totalité des départements, outre-mer inclus. Chercheurs, universitaires, ingénieurs, architectes, associations locales en charge de sites, professionnels du patrimoine, conservateurs de musées ou d'écomusées, et bien entendu toutes les personnes intéressées s'y retrouvent autour d'une même idée : connaître, protéger et valoriser les traces matérielles et immatérielles de l'industrie et de la technique sur notre territoire.
 

Parution : Newletter n°11 du Lacth

Une année d'activités scientifiques (2017-2018)

 
Editorial
par Richard Klein

Cette onzième livraison de la Lettre d'information du LACTH paraît au moment où l'unité de recherche doit être évaluée par le comité de l'Hcéres sur la base du rapport d'autoévaluation et de ses annexes remis au début du mois de septembre 2018. La lettre d'information a constitué un outil indispensable à l'élaboration du rapport d'activité du laboratoire.
 
Les premières années d'activités scientifiques du LACTH ont été expertisées en 2008 par le Bureau de la Recherche Architecturale Urbaine et Paysagère (BRAUP) du Ministère de la Culture. Au cours de la période 2008-2013, qui a fait l'objet d'une évaluation de l'AERES, les collaborations et projets de recherche ayant consolidé la politique scientifique du LACTH ont trouvé des prolongements féconds, tenant compte des évolutions du laboratoire, des demandes sociales et de l'émergence de nouveaux partenariats et financements ciblés.
La dernière période (2013-2018) a été caractérisée par une augmentation des capacités de l'équipe d'accueil au niveau doctoral (suivi des thèses, participation aux instances et aux nouvelles tâches imposées par la formation doctorale), un développement des productions scientifiques et un élargissement des partenariats.

Au 1er janvier 2018, le LACTH, unité de recherche de l'Ensapl, fédère 28 enseignants et chercheurs (dont 6 HDR titulaires et un ingénieur de recherche) et 14 doctorants, soit un total de 42 personnes. Architectes et paysagistes, historiens et philosophes, géographes, sociologues et designers ayant, dans le cadre de leurs propres disciplines, centrés leurs travaux sur l'architecture, la ville et les paysages, ces membres donnent structurellement au laboratoire une vocation pluridisciplinaire. Le LACTH compte aussi 15 chercheurs associés, enseignants des universités ou des écoles d'architecture nationales et internationales, acteurs du milieu socio-économique et/ou institutionnel.
 
Cette 11e Lettre d'information du LACTH présente les activités du laboratoire de recherche de l'Ensapl : les productions collectives (Cahiers thématiques, Dossier du Lacth, manifestatons scientifiques, etc.), les programmes de recherche (achevés et en cours) ainsi que la collaboration de chercheurs à des programmes d'autres établissements. Une place toujours essentielle est donnée aux séminaires de recherche de Master, aux travaux qui s'y développent et aux mentions recherche qui en découlent. Le séminaire doctoral, les thèses encadrées au sein des deux écoles doctorales SHS et SESAM de l'Université de Lille mais aussi la participation des membres du Lacth aux jurys de thèses d'autres établissements illustrent le rôle essentiel de l'unité de recherche au niveau doctoral de la formation initiale.

La conséquente production individuelle des chercheurs du laboratoire (publications, conférences et communications) traduit la vitalité de l'unité de recherche, et son implication dans différents registres d'activités. Plusieurs doctorants accueillis au laboratoire et étudiants issus des séminaires de recherche ont aussi eu la chance de voir leurs travaux de recherche récompensés.
La reconnaissance des travaux de recherche menés dans le cadre de la formation qui achève donc les activités décrites dans cette lettre d'information mérite la structure, les fonctionnalités et le personnel d'un département recherche au sein de l'Ensap de Lille.
 
 

Prix de la thèse 2016 et 2017

A la vue de la qualité scientifique des thèses présentées, le jury de l’Ecole Doctorale SHS a accordé deux prix à des thèses dont les auteurs ont été accueillis par le LATCH à l’ENSAPL :

- un prix de la thèse 2016 (3 lauréats) à Mr François Gruson pour sa thèse intitulée Pratique rituelle et forme de l'espace : le temple maçonnique : forme, type et signification (sous la Direction d'Antonella Mastrorilli)

- un prix de la thèse 2017 (2 lauréats) à Mme Véronique Boone pour sa thèse intitulée Le Corbusier et le cinéma : la communication d'une oeuvre (sous la Direction de Richard Klein et d'Eric Van Essche)

Félicitations aux lauréats !



FUTUR Days

Les 21 et 22 novembre prochains auront lieu à la Cité Descartes de Marne-la-Vallée les FUTURE Days, l’événement du Grand Paris porté par Université Paris-Est et ses partenaires dans le cadre du programme d’excellence I-SITE (Initiative Science Innovation Territoires Économie).

 

Catherine BLAIN, enseignante et chercheur à l'ENSAPL interviendra à la table ronde sur le thème de l'Innovation et durabilité lors des FUTUR Days le 22 novembre 2018.

Pour cette nouvelle édition, les FUTURE Days seront couplées aux rendez-vous d'affaires GreenCity Business qui, depuis 2011, ont déjà permis de générer plus de 1000 rendez-vous spécialisés.

 Trois thèmes seront à l'honneur de cette seconde édition organisée à ESIEE Paris :

  •     Les enjeux territoriaux et sociétaux dans l'innovation ;

  •     La dynamique des transformations urbaines dans le monde ;

  •     L'intelligence artificielle dans la ville.

 Destiné aux acteurs institutionnels et académiques, aux entreprises, PME et grands comptes, cet événement propose :

  •     Des conférences scientifiques et tables rondes en présence de chercheurs de renommée internationale, de décideurs publics et de représentants d'entreprises leaders dans leur domaine ;

  •     Des rencontres d'affaires ciblées entre scientifiques, donneurs d'ordre, entreprises, grands groupes et PME dans le cadre de GreenCity business ;

  •     Des expositions, visites d'équipements techniques et scientifiques du site ;

  •     Une soirée de sensibilisation « Grand Public » organisée en partenariat avec la Mairie de Champs-sur-Marne.

Organisé par Université Paris-Est et l'agence Descartes Développement, en partenariat avec Cap Digital, la Communauté d'agglomération Paris-Vallée de la MarneSeine-et-Marne AttractivitéParis Région EntreprisesEPAFRANCE EPARMARNE et la CCI Seine-et-Marne, les FUTURE Days ont pour ambition de devenir l'événement international de référence dans le domaine des villes de demain.

Il bénéficie du soutien du Conseil régional d'Ile-de-France et de l'I-SITE FUTURE dans le cadre du programme d'Investissements d'Avenir, ainsi que du concours des établissements d'enseignement supérieur et de recherche de la Cité Descartes (UPEM, Ifsttar, ESIEE Paris, EIVP, École d'architecture de la ville et des territoires, ENSG-Géomatique, Ecole des Ponts ParisTech).

Plus d'informations et inscriptions : www.futuredays.fr

 


Lancement du service de Postes de Consultation Multimédia INA

Le service commun de la documentation de l'Université de Lille a le plaisir de vous inviter à l'événement de lancement du service de Postes de Consultation Multimédia INA le vendredi 6 avril 2018 à partir de 17h30 à LILLIAD, le Learning Center Innovation de l'Université de Lille.

L'événement sera introduit par Jean-Christophe Camart, Président de l'Université de Lille, et Estelle Caron, responsable du département de la Documentation à l'INA.
 
Une table ronde réunira ensuite :
- Amandine Kervella (Maître de Conférence au laboratoire Geriico ) qui travaille sur l'analyse des discours médiatiques,
- Pierre Lebrun (historien de l'architecture, enseignant à ENSAPL et membre du laboratoire LACTH) qui travaille notamment sur l'architecture des églises nouvelles,
- Thomas Peru, doctorant au sein du laboratoire GERiiCO,
- Frédéric Chambon, responsable de la délégation INA Hauts-de-France.
La manifestation sera suivie d'un cocktail.
 
 
 

Appel à contributions : Projets de paysage n°19

"L'imagerie du paysage" (parution déc. 2018)
Remise des propositions : 5 mars 2018

 
Coordination
Sabine Ehrmann (Ensap  de Lille, LACTH), Jean-Marc Besse (Paris 1 Panthéon Sorbonne - CNRS EHGO/UMR Géographie-cités) et Jean- Luc Brisson (Ensap Versailles-Marseille)
Cadrage
Ce numéro 19 de Projets de paysage propose de s'intéresser aux multiples relations qu'entretiennent les paysages avec ce qu'on nommera ici l'imagerie. Par imagerie nous pointons des images et des ensembles d'images considérés, à tort ou à raison, comme ayant une valeur esthétique mineure, comme ayant trait à des représentations génériques, typiques, caricaturales ou pittoresques - ce qu'on nomme aussi des « clichés » -, et qui entretiennent un lien plus ou moins direct avec un commerce. Nous proposons de nous intéresser à ces images généralement minorées selon deux axes d'investigation qui visent des problématiques et des corpus distincts : d'une part, l'image publicitaire, c'est-à-dire l'ensemble des images conçues dans le but explicite de vendre un produit ou un service, d'autre part, les imagiers, c'est-à-dire tout ensemble d'images rassemblées matériellement pour composer des « albums » et des « catalogues », et permettant d'informer des choix dans le cadre de l'exercice du projet de paysage. (...)
 
Modalités de soumission
 
• Un résumé de 2 pages (soit environ 6 000 signes), comprenant une bibliographie indicative, 5 mots-clés et la mention du champ disciplinaire, devra être envoyé le lundi 5 mars 2018 au plus tard à Emmanuelle Passerieux-Gibert : emma.passerieux@editographie.com
 
• une sélection sera faite à partir de ces résumés et la commande des textes aux auteurs sera envoyée le lundi 19 mars 2018
 
• les textes devront impérativement être envoyés le mardi 3 juillet 2018 au plus tard à Emmanuelle Passerieux-Gibert : emma.passerieux@editographie.com
 
 
 
 

Un étudiant de Lille distingué par le Prix CILAC/Jeune chercheur 2017

Guillaume HENRY, pour son mémoire "Un art mural du 20e siècle: les céramiques relief préfabriquées Gilson (1950-1975)"

 
Deux étudiants de l'ensapl avaient été sélectionnés pour la qualité de leurs mémoires, élaborés au sein du séminaire "Archéologie du projet" de l'Ensapl :
. Guillaume HENRY, Un art mural du 20e siècle : les céramiques relief préfabriquées Gilson (1950-1975) et 
. Quentin ROUSSEL : La plaque de verre ondulé Saint-Gobain (1932-1985) : Émancipation d'un "matériau de complément"
 
Ils ont brillamment présenté ces recherches samedi 2 décembre 2017, à l'hôtel de l'industriel (Paris), lors de la dernière séance des journées d'étude du CILAC ayant pour thème "Quel patrimoine industriel pour la première guerre mondiale". 
 
Résultats du Jury :
"Pour sa 7e édition, le jury a souligné la très grande qualité des dossiers, dans des approches différentes qui toutes contribuent à connaître et mettre en valeur le patrimoine industriel.
Trois candidats ont été distingués :
. Guillaume HENRY, de l'ENSAP de Lille,
. Chayma OUESLATI, de l'Université Panthéon-Sorbonne et
. Juliette RONSIN, de l'Université de Paris Diderot."

Toutes nos félicitations aux lauréat.e.s !!!!
 
 
Fondé en 1979, le CILAC est l'association nationale de défense et de valorisation du patrimoine industriel en France, représentante de TICCIH. Le CILAC rassemble plusieurs centaines de membres et sympathisants, répartis dans la quasi-totalité des départements, outre-mer inclus. Chercheurs, universitaires, ingénieurs, architectes, associations locales en charge de sites, professionnels du patrimoine, conservateurs de musées ou d'écomusées, et bien entendu toutes les personnes intéressées s'y retrouvent autour d'une même idée : connaître, protéger et valoriser les traces matérielles et immatérielles de l'industrie et de la technique sur notre territoire.
 
 

Permanences architecturales et universités foraines inititiées par Patrick Bouchain

Filiations et témoignages, par Catherine Clarisse (Lacth)
le 7 décembre 2017, au CEAC (Lille 3)

Une intervention dans le cadre du cycle de rencontres "collaborations entre artistes" organisé au Centre d'Etude des Arts Contemporains (CEAC, Université de Lille) par Véronique Goudinoux, Véronique Perruchon (CEAC) et Séverine Bridoux-Michel (enseignante Ensapl, LACTH)
 
Date:  jeudi 7 décembre, 13h00-16h00
Lieu : Université de Lille 3 (Pont de Bois), salle A3 310
en savoir +

Un programme autour des interventions de Catherine Clarisse, architecte, maître-assistante Paris-Malaquais, chercheur au LACTH, Présidente de NAC (Notre Atelier Commun) et de Florian Gaité chercheur en philosophie (institut ACTE), critique d'art (France Culture, Art Press).

Restitution du projet de recherche Matrice

mercredi 6 décembre 2017

Après 2 ans de travail, le projet de recherche MATRICE, dédié à la fabrication additive (impression 3D) appliquée au bâtiment, arrive à son terme.
Afin de communiquer les résultats obtenus auprès de tous les partenaires scientifiques, industriels, territoriaux et politiques, le consortium organise un événement de restitution des résultats le 6 décembre 2017, de 13h30 à 21h00 à l'École Nationale Supérieure d'Architecture et de Paysage de Lille.
C'est l'occasion :
- d'échanger avec les différents acteurs de la recherche sur les problématiques spécifiques des domaines d'activité concernés (conception architecturale, robotique, matière(s), outils numériques)
- d'appréhender la vision globale du process de réalisation des éléments imprimés
- d'assister à une impression en direct autour d'un cocktail en fin de journée.
- d'envisager les poursuites éventuelles et les transferts de technologie possibles.
Vous trouverez tous les renseignements liés à cet événement ainsi que son déroulé sur la page d'inscription.
Si vous souhaitez y participer et afin d'optimiser votre accueil, merci de vous inscrire au plus vite, les places étant limitées.
 
Cet événement prend place dans le cadre des rencontres de la recherche et de l'innovation organisées par la région des Hauts de France.
 
tout savoir sur le programme de ces rencontres ICI

Deux étudiants de l'ENSAPL nominés au Prix CILAC/Jeune chercheur 2017!

Le Prix CILAC/Jeune chercheur, créé en 2011 a vocation de mettre en lumière la vitalité de l’enseignement et de la recherche, théorique et appliquée, dans le vaste champ du patrimoine industriel, scientifique et technique.

Fondé en 1979, le CILAC est l'association nationale de défense et de valorisation du patrimoine industriel en France, représentante de TICCIH. Le CILAC rassemble plusieurs centaines de membres et sympathisants, répartis dans la quasi-totalité des départements, outre-mer inclus. Chercheurs, universitaires, ingénieurs, architectes, associations locales en charge de sites, professionnels du patrimoine, conservateurs de musées ou d'écomusées, et bien entendu toutes les personnes intéressées s'y retrouvent autour d'une même idée : connaître, protéger et valoriser les traces matérielles et immatérielles de l'industrie et de la technique sur notre territoire.
 
Le prochain prix CILAC Jeune chercheur sera remis à l'issue de deux journées d'étude sur le thème "Quel patrimoine industriel pour la Première Guerre mondiale ?", les 1er et 2 décembre 2017.
 
 
Sur les 7 nominés, deux sont étudiants à l'ENSAPL au sein du séminaire "Archéologie du projet".
Bravo à Quentin ROUSSEL et Guillaume HENRY qui présenteront respectivement, samedi 2 décembre après-midi, leurs mémoire de recherche : 
- La plaque de verre ondulé Saint-Gobain (1932-1985) : Émancipation d'un «matériau de complément»
- Un art mural du 20e siècle : les céramiques relief préfabriquées Gilson (1950-1975) 
 
Résultats le 2 décembre 2017 ! 
 

Soutenance de thèse

de Véronique BOONE, le 27 novembre 2017 à 10h00
à l'Ensapl, salle Mallet-Stevens

Titre :
Le Corbusier et le cinéma : la communication d'une oeuvre

Le jury, sous l'égide de l'Université de Lille 3 (EDSHS), comprendra:
Richard KLEIN, Professeur à l'Ensap de Lille. Directeur de thèse
Eric VAN ESSCHE, Professeur à l'Université Libre de Bruxelles. Co-directeur (cotutelle)
Bruno REICHLIN, Professeur à l'Accademia di Architettura de l'Université de la Suisse Italienne (Suisse)
Jean-Louis COHEN, Professeur à l'Université de New York, Institute of Fine Arts (Etats-Unis)
Eric MONIN, Professeur à l'Ensap de Lille
Tim BENTON, Professeur émérite à l'Open University (Royaume-Uni)
Judith LE MAIRE DE ROMSEE, chargée de cours à l'Université Libre de Bruxelles (Belgique)
 
 
Illustration extraite du Bulletin de la Fondation Le Corbusier, octobre 2017
consultable ICI

Journées nationales de l'architecture

13-15 octobre 2017

 
Richard Klein
 
. samedi 14 octobre 2017 (14h30-17h00), est à la Cité internationale universitaire de Paris, à la galerie L/Oblique, avec Riccardo Forte, Audrey Jeanroy, Alice Weil, Milena Crespo, Gilles Béguin et André Macchini, pour une rencontre autour du numéro spécial du Bulletin Docomomo France : Claude Parent, la pensée subversive
 
. dimanche 15 octobre 2017 à 14h15, est au SMAK, à Gand, avec l'artiste Kader Attia pour une discussion autour de l'oeuvre de Roland Simounet en Algérie
 
  
Catherine Blain
est à Evry pour deux promenades urbaines organisées par l'association Les Promenades Urbaines en partenariat avec la ville d'Evry, la DRAC Ile-de-France et l'Ordre des Architectes d'Ile-de-France, dans le cadre de l'opération "Les architectes ouvrent leurs portes" :
 
. vendredi 13 octobre 2017 (14h-18h00) : "Architectures contemporaines remarquables" en ville nouvelle, avec Jacques Longuet (adjoint au Maire chargé du Patrimoine, ville d'Evry) et avec la participation d'André Darmagnac (géographe, association Mémoire et avenir de la ville nouvelle)
 
. samedi 14 octobre 2017 (10h-14h00) : "Créer un centre-ville : Évry". De l'Agora au Centre urbain, avec Frédéric Brouillet architecte-urbaniste (Atelier Puzzler), Suzel Brout architecte (Atelier AASB), et avec la participation de Jacques Longuet (adjoint au Maire chargé du Patrimoine, ville d'Evry), d'Elodie François (adjointe au Maire chargée du Développement et du Renouvellement Urbain, ville d'Évry) et Yolaine Paufichet  architecte (conseillère ordinale, Ordre des architectes d'Ile-de-France)
 
 

Fondation le Corbusier - Prix de la "recherche patiente"-année 2017

attribué à Véronique Boone, doctorante au LACTH

Le jury du Prix de la recherche patiente s'est réuni le 25 septembre 2017. Il a décidé à l'unanimité d'attribuer le prix à Véronique Boone, doctorante au LACTH, pour sa thèse intitulée : Le Corbusier et le cinéma, la communication d'une œuvre.
 
Véronique BOONE (EDSHS, Lille 3) développe cette thèse sous la direction de Richard Klein, en co-tutelle avec l'Université Libre de Bruxelles (Eric Van Essche, co-directeur).
 
En savoir+ sur ce Prix de la FLC
En savoir+ ICI sur les thèses en cours au LACTH
 
 
 
Illustration extraite du Bulletin de la Fondation Le Corbusier, octobre 2017, consultable ICI

Deux étudiants de l’Ensap de Lille lauréats d’une allocation de recherche

 
 
Deux sujets élaborés au sein du séminaire Histoire de l'architecture contemporaine (Prof. Richard Klein) de l'Ensap de Lille ont été retenus au titre des allocations de recherche par la Direction Générale des Patrimoine, Mission de l'Inventaire général du patrimoine culturel. Les allocations de formation et de recherche allouées par la direction générale des patrimoines sont d'un montant mensuel de 915 euros pour une durée quatre mois pour le projet de Guislain Baudelet et de deux mois pour Aure Élise Mahieu.
 
 
illus. ci-contre Lycée Hôtelier du Touquet
 
 
 

La recherche de Guislain Baudelet porte sur les opérations d'habitat groupé, habitat participatif à Villeneuve d'Ascq. Trois réalisations concentrées dans le quartier de la Cousinerie, sont en effet emblématiques du phénomène de l'habitat participatif en France. La recherche d'Aure-Lise Mahieu porte sur la Cité Européenne éducative du Touquet, actuel Lycée Hôtelier, conçu par Pierre-André Dufétel (1966-1972), labellisé patrimoine du XXe siècle depuis l'année 2004.

Un étudiant de Lille, lauréat du Prix CILAC/Jeune chercheur en patrimoine industriel 2016

Benjamin Delaunay,
lauréat ex-aequo dans la catégorie Recherche avec son mémoire:
Le Skydôme, la lumière naturelle au service de l'architecture 
(séminaire de Master "Archéologie du Projet" 2015-2016, sous la dir. de Catherine Blain & Eric Monin)
 
Résumé
Le plastique a interpellé un grand nombre d'acteurs dès le milieu des années 1950 en France. Depuis la « maison tout plastique » de Lionel Schein aux « bulles six coques » de Jean Maneval, en passant par le design de produits comme le mobilier ou l'objet ménager, le plastique a su s'imposer dans la construction et le quotidien des Français. Le Skydôme apparaît en France en 1959, grâce à François Barrat, un entrepreneur français qui achète le brevet américain et la marque « Skydôme » - la lumière du ciel. Soutenue par de nombreuses campagnes de publicité dans la presse professionnelle, Skydôme devient la marque générique du lanterneau en France et s'impose dans le domaine du bâtiment. Il est tout à la fois une solution de facilité par son coût ou une réponse maîtrisée, un objet esthétique tout comme une excroissance involontaire et encore un dispositif ingénieux ou bien une contrainte. Le skydôme se place donc comme un produit ambigu de la construction.
 
 
En savoir + sur le Prix CILAC/Jeune chercheur en patrimoine industriel 2016, avec le soutien de la Société d'Encouragement pour l'industrie nationale et de la Fondation EDF 

Soutenance de HDR

de Marlène Ghorayeb, 13 décembre 2016 à 13h30
Ensapl, salle Mallet-Stevens

Marlene GHORAYEB
présentera ses travaux en vue de l'Habilitation à diriger des Recherches rassemblés sous le titre :
La circulation des savoirs en urbanisme
 
Michel Ecochard dans le film Salut Casa! (1953)
© Jean Vidal
 
Le jury comprendra :
Richard KLEIN, Professeur HDR à l'Ensapl, Garant
André GUILLERME, Directeur de recherche émérite au CNRS - CNAM
Daniel LE COUEDIC, Professeur HDR à l'Université de Bretagne Occidentale
Laurence COSTES, Maître de conférences HDR à l'Université Evry-Val-Essonne
Jean-Louis COHEN, Professeur HDR à l'Institute of Fine Arts. New York (USA)
Maryvonne PREVOT,
Maître de conférences HDR à l'Université de Lille 1
 
Résumé
Le dossier présenté en vue de l'obtention de l'Habilitation à Diriger des Recherches est composé de trois volumes regroupés sous le titre La circulation des savoirs en urbanisme.
Le mémoire inédit (vol.1), intitulé L'oeuvre de Michel Écochard : un patrimoine en partage, questionne à travers l'itinéraire de Michel Écochard (1905-1985) l'exportation d'un savoir et d'un savoir-faire en urbanisme. La trajectoire de cet architecte-urbaniste lié au mouvement moderne met à l'épreuve l'universalité de la doctrine fonctionaliste au contact des cultures locales. En convoquant une modernité in situe, Michel Écochard a contribué à dépasser l'approche d'un urbanisme colonial ou postcolonial.
La note de synthèse (vol.2) revient sur un parcours de recherche et d'enseignement, qui met en perspective une approche de l'histoire urbaine trouvant son prolongement dans la recherche opératoire.
Elle s'accompagne d'un volume d'annexes (vol.3), qui réunit une sélection de publications présentées selon quatre grandes thématiques : L'urbanisme exporté, Le mouvement moderne ici et ailleurs, Développement des villes du Sud et Actualité d'un parcours.


Soutenance de thèse

de François GRUSON, le 15 décembre 2016 à 14h00
Ensapl, salle Mallet-Stevens

Titre :
Pratique rituelle et forme de l'espace - Le temple
maçonnique : forme, type et signification

Le jury, sous l'égide de l'Université de Lille 3 (EDSHS), comprendra:
 
Directrice de Thèse:
Madame Antonella MASTRORILLI, Professeure à l'ENSAPL
 
Membres :
Madame Anna CAIOZZO, Maître de conférences-HDR à l'Université de Paris VII - Denis Diderot
Monsieur Jean-François COTTIER, Professeur à l'Université de Paris VII - Denis Diderot
Monsieur Maurice CULOT, Architecte, Président des Archives d'Architecture Moderne, Bruxelles (Belgique)
Monsieur Pierre MOLLIER, Historien, Directeur de la bibliothèque du Grand Orient de France
Monsieur Thierry VERDIER, Professeur à l'Université Paul Valéry Montpellier III
 
 
 

illustration :
Vue intérieure d'un temple au 24e degré du Rite Ecossais Ancien & Accepté - Album "Décorations & Costumes" volume 1. Aquarelle sur papier, début XIXe siècle - La Haye, Centre Culturel Maçonnique "Prince Frédéric". (DR)

présentation d'ouvrage

Les temps de la construction, processus, acteurs, matériaux
à Paris le 21 juin 2016

Actes du 2e congrès francophone d'histoire de la construction (Lyon, 29-31 janvier 2014), Editions Picard, 2016, 1230 p.
 
> Ouvrage présenté mardi 21 juin 2016 (18h- 20h00), dans le cadre du cycle « A propos d'un livre d'architecture », à l'Institut national d'histoire de l'art (Paris, salle Giorgio Vasari).
Cette réunion se fera en présence de :
. Laurent Baridon, Antonella Mastrorilli et Rémy Mouterde (directeurs de l'ouvrage)
. Robert Carvais, Directeur de recherche au CNRS, Président de l'Association francophone d'histoire de la construction
. Arnaud Timbert, Conseiller scientifique de l'INHA pour l'architecture et la construction.
 
Présentation de l'ouvrage :
Il est aujourd'hui plus que jamais nécessaire de penser l'activité liée à la construction et de la déployer de manière responsable. À l'heure de la mondialisation, des crises de civilisation, du changement climatique et de la révolution numérique, l'éclairage historique est une source d'inspiration technique, esthétique et éthique.
Cet ouvrage rassemble les contributions écrites de chercheurs venus de 19 pays répartis sur quatre continents. Les résultats présentés sont issus de toute la variété des points de vue, qui contribuent à donner du sens aux données historiques concernant l'acte de bâtir. À travers cette diversité, cet ouvrage s'adresse aux chercheurs, architectes du patrimoine, enseignants de construction, archéologues du bâti, ingénieurs de génie-civil et autres spécialistes du domaine. Il peut aussi intéresser un public plus vaste, curieux de construction, qui y découvrira une variété de cultures constructives, des enjeux insoupçonnés, et des éclairages nouveaux qui lui feront observer différemment son environnement construit.
 
Sous la direction de :
. Laurent Baridon - professeur d'histoire de l'art, Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes (LARHRA) UMR 5190, Université Lumière Lyon 2
. François Fleury - professeur en sciences et techniques de l'architecture, laboratoire LAURE (Lyon Architecture Urbanisme Recherche), Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Lyon
. Antonella Mastrorilli - enseignante chercheur en sciences et techniques de l'architecture (Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Lille)
. Rémy Mouterde - enseignant chercheur en sciences et techniques de l'architecture, laboratoire LAURE (Lyon Architecture Urbanisme Recherche), Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Lyon
. Nicolas Reveyron - professeur d'histoire de l'art, laboratoire Archéométrie et archéologie UMR 5138, Université Lumière Lyon 2

Une de nos étudiantes primée dans un concours

L'ensa Paris Val de Seine a organisé la 4ème édition du concours d'idées "Construire en pierre structurelle ".
Les résultats ont été proclamés mardi 14 juin dernier.
Cerise Sansonetti, architecte ayant validé son PFE en février dernier (avec une note de 18 et les félicitations du jury), a obtenu le 1er prix du concours.

Elle avait présenté, pour ce concours, son travail de PFE portant sur un Centre d'Interprétation de l'Architecture et du Patrimoine sur le site de Coucy-le-Château (domaine d'étude "histoire et théories du projet", Gilles Maury, enseignant).
Elle avait également obtenu la mention recherche  avec félicitations du jury pour un mémoire élaboré au sein du séminaire "Archéologie du projet" (sous la direction de Catherine Blain et Marie-Céline Masson)
 

L'architecture des écoles d'architecture

Cadrage et éclairage par Richard Klein (extraits de D'A, 2006)

cadrage :
"L'architecture des écoles d'architecture, de la culture de l'enseignement à la singularité de l'équipement", p. 20-27
éclairage: 
"L'Ensap Lille", p. 60-67
 

10e anniversaire du Prix de thèse sur la ville

23 septembre 2015, Ecole d’Urbanisme de Paris
Avec la participation de Bénédicte Grosjean

A l'occasion du 10ème anniversaire du Prix de thèse sur la ville, le Plan urbanisme construction architecture (PUCA) et l'APERAU Internationale (Association pour la promotion de l'enseignement et de la recherche en aménagement et urbanisme) - partenaires du Prix - célèbreront l'événement lors de la première rentrée de la nouvelle Ecole d'Urbanisme de Paris. L'après-midi sera donc consacré à la recherche urbaine « en action ».
 
Inscription obligatoire en ligne (en lien sur le site de l'EUP)
 
 
PROGRAMME 
 
14h30-15h-Présentation de l'après-midi et du Prix de thèse sur la ville
  • Christophe Demazière, professeur à l'Université de Tours et président de l'APERAU-France-Europe,
  • Emmanuel Raoul, secrétaire permanent du PUCA,
  • Laurent Coudroy de Lille, responsable du master/directeur des études à l'EUP
 
15h-16h15-Trajectoires : le doctorat... et après ? Dialogues entre lauréats et membres du jury du prix
Animation : Marc Dumont (professeur à l'Université de Lille 1, membre du comité d'organisation du prix de thèse)
  • Bénédicte Grosjean (lauréate 2008 : La « ville diffuse » à l'épreuve de l'Histoire. Urbanisme et urbanisation dans le Brabant belge, Université de Paris 8-Saint-Denis-Ecole Polytechnique de Louvain, sous la direction de Yannis Tsiomis et Christian Gilot) & Florence Menez (directrice de projet au CEREMA et membre du jury du prix de thèse)
  • Stéphanie Vincent (lauréate 2009 : Les « altermobilités », analyse sociologique d'usages de déplacements alternatifs à la voiture individuelle. Des pratiques en émergence, Université Paris V- Descartes, Faculté des Sciences humaines et sociales - Sorbonne, sous la direction de Dominique Desjeux) & Virginie Bathellier (chargée de mission au PUCA et membre du jury du prix de thèse)
  • Benjamin Michelon (lauréat du prix spécial 2012 : Planification urbaine et usages des quartiers précaires en Afrique. Études de cas à Douala et à Kigali, Ecole polytechnique fédérale de Lausanne, Programme Doctoral en Architecture, Ville, Histoire, sous la direction de Jean-Claude Bolay) & Patrice Aubertel (chargé de mission au PUCA et membre du jury et du comité d'organisation du prix de thèse)
 
16h30-17h45-Table-ronde : recherches urbaines en action
Animation : Corinne Larrue (professeur à l'Université de Paris-Est-Créteil et co-directrice de l'EUP)
  • Damien Denizot (responsable du club des agglomérations et métropoles à l'Assemblée des Communautés de France)
  • Rémi Dormois (chef de service logement à la Direction Départementale des Territoires de la Loire)
  • Brigitte Guigou (chargée de mission à l'Institut d'Aménagement et d'Urbanisme Ile-de-France, professeure associée à l'EUP)
  • Emmanuelle Quiniou (directrice de l'Agence d'urbanisme de la région angevine)
  • Franck Scherrer (directeur de Ecole d'urbanisme et d1architecture de paysage-Faculté de l'Aménagement-Université de Montréal, président de l'APERAU Internationale
 
17h45-18h15-Rapport : « Dix ans de recherche urbaine au prisme du prix de thèse »
par Claude Lacour, professeur émérite à l'Université de Bordeaux et président du jury du prix de thèse de 2010 à 2012
 
18h15-18h45-Remise du prix 2015
par Christian Vandermotten, professeur émérite à l'Université Libre de Bruxelles et président du jury du prix de thèse
Animation : William Le Goff, chargé de mission au Conseil régional Ile-de-France et lauréat 2007 (Divisions sociales et question du logement en Grande-Bretagne, entre ethnicisation et privatisation, les cas de Leicester et Bradford, Université de Caen-Basse-Normandie, sous la direction de Petros Petsimeris)
  • Grand Prix : Marie Gibert : Les ruelles de Hô Chi Minh Ville, Viet Nam. Trame viaire et recomposition des espaces publics (Université Paris I Panthéon-Sorbonne, sous la direction de Thierry Sanjuan)
  • Prix spécial : Kristel Mazy : Villes et ports fluviaux : le projet comme dispositif de reconnexion ? Regards croisés sur Bruxelles et Lille (Université Libre de Bruxelles, Université de Lille 1, sous la direction de Jean-Luc Quoistiaux, Philippe Menerault et Yves Rammer
 
19h-Cocktail
 

Visite radiophonique de la Villa Cavrois (podcast)

Sur France culture
dans le cadre de l'émission "Modes de vie, mode d'emploi" de Matthieu Garrigou-Lagrange
 
Visite de cette villa hors norme et retour sur la vie et l'œuvre de son architecte, Robert Mallet-Stevens.
Le 15 juin 2015
Avec Richard Klein, professeur à l'Énsapl, auteur de "Robert Mallet-Stevens : agir pour l'architecture moderne"
 

Architectures filmées

Deux films sinon rien, 2 et 3 juin 2015
CAUE 59 - Goethe Institut (Lille)

CINÉMA . ARCHITECTURE FILM-ARCHITEKTUR. MAISONS D'ARCHITECTES - MANIFESTES ARCHITECTURAUX
 
Mardi 2 JUIN
20h00 : L'Homme d'à coté
Film 110 min. vostf. Réalisation Mariano Cohn et Gastón Duprat. 2009. Argentine.
Leonardo, jeune designer en vogue, vit avec son épouse Ana et leur fille Lola dans la maison Curutchet, seule maison construite par Le Corbusier en Argentine. Un matin, il est réveillé par un bruit obsédant : comme si on perçait un mur...

Introduction et débat par
. Béatrice Auxent, architecte-urbaniste, directrice déléguée CAUE du Nord,
. Richard Klein, architecte, Docteur de l'Université de Paris I, HdR, professeur à l'Ensapl, directeur du LACTH.
 
Mercredi 3 JUIN
16h30 : Haus Tugendhat.
Film documentaire 116 min. vostf. Réalisation Dieter Reifarth. Allemagne 2012.
La Maison Tugendhat représente l'utopie sociale de Mies van der Rohe et le concept de vie de ses maîtres d'oeuvre, Grete et Fritz Tugendhat, issus de la grande bourgeoisie, avec une large ouverture d'esprit. Sur l'arrière fond des catastrophes politiques du XXe siècle, Dieter Reifarth restitue les expériences individuelles des habitants et utilisateurs de cette maison impressionnante dont la beauté et le rayonnement ont laissé des traces profondes auprès de plusieurs générations.
 
Introduction par Richard Klein architecte, Docteur de l'Université de Paris I, HdR, professeur à l'Ensapl, directeur du LACTH.
 
Mercredi 3 JUIN
19h00 : Haus Tugendhat - Villa Cavrois. Manifestes architecturaux - Chantiers de restauration. Regards croisés sur deux monuments historiques et leur restauration.
Rencontre-débat avec
. Wessel de Jonge, architecte/restaurateur, Rotterdam, Vice-président de la commission internationale d'experts pour la restauration de la Maison Tugendhat (THICOM)
. Ivo Hammer, conservateur/restaurateur et historien d'art, professeur émérite de l'Université des Sciences et d'Arts Appliqués HAWK à Hildesheim.
. Paul-Hervé Parsy, Centre des Monuments Nationaux (CMN), Administrateur de la Villa Cavrois.
. Richard Klein,
architecte, Docteur de l'Université de Paris I, HdR, professeur à l'Ensapl, directeur du LACTH.
Animation : Béatrice Auxent, architecte-urbaniste, directrice déléguée CAUE du Nord.
 
20:30 Cocktail de clôture
Programmation accompagnée de l'exposition photographique : La Villa Cavrois. 1986. Photographies de Véra Cardot et Pierre Joly. Avec l'aimable autorisation du Centre Pompidou Paris.
 
Lieu :
Goethe Institut, CAUE 59
98 rue des Stations, 59000 Lille
renseignements : 03 20 57 02 44


Soutenance de thèse

Delphine Jacob, le 27 mars 2015 à l'INHA (Paris)

L'ED 441 (Histoire de l'Art) a le plaisir de vous inviter à la soutenance de thèse de Madame Delphine Jacob, préparée sous la direction de MM. Claude Massu et Richard Klein

Pierre Guariche designer-architecte d'intérieur (1926-1995) et les nouveaux programmes architecturaux issus de la croissance
Vendredi 27 mars à 14h00
INHA, salle Vasari (Galerie Colbert, 1er étage)
 
Jury :
M. Jean-Lucien BONILLO, Professeur HDR à l'ENSA de Marseille
M. Richard KLEIN, Professeur HDR à l'ENSAP de Lille
M. Serge LEMOINE, Professeur émérite à l'Université Paris IV-Sorbonne
M. Claude MASSU, Professeur émérite à l'Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne
 
Résumé :
Cette thèse propose une approche monographique du parcours professionnel de Pierre Guariche, décorateur-créateur d'ensembles-Architecte d'intérieur français. Les «Trente Glorieuses» représentent un tournant décisif chez ce professionnel car elles coïncident avec les débuts de l'industrialisation de la filière ameublement. Le contexte historique et politique explique son engagement dans la création de programmes complets d'objets destinés à meubler les logements standardisés de la Reconstruction. Il comprend que le mobilier de série, fabriqué par des procédés industriels et à des prix raisonnables, peut remédier aux effets de l'insuffisance de la politique de l'Etat français. Afin d'adapter son mobilier «moderne» au plan-type, il s'inspire de la production des designers américains et crée des objets rationnels normalisés et innovants sur le plan technique et esthétique. En 1954, il sollicite Michel Mortier et Joseph-André Motte, et crée avec eux l'Atelier de Recherches Plastiques. Ils comprennent tous les trois que les jeunes créateurs doivent se fédérer autour d'un projet commun : la promotion de leurs meubles de série auprès des industriels. Par la suite, chacun reprend son indépendance pour se consacrer à ses travaux respectifs. Les nouvelles orientations professionnelles de Pierre Guariche lui offrent la possibilité de collaborer à des programmes inédits d'architecture intérieure, nés de la politique d'aménagement du territoire. Cette thèse aborde donc le contexte social, politique et économique durant lequel il exerce son activité mais également des faits et des acteurs, ce qui ouvre de futurs champs à explorer dans l'histoire du design français.
 
Mots clés :
Plan-type, mobilier de série, appareil d'éclairage, Atelier de Recherches Plastiques, aménagement du territoire, développement touristique, Etats-Unis, croissance
 
En savoir +

Soutenance de HDR

de Donato SEVERO, 20 février 2014 à 14h30, à l'Ensap de Lille (salle Mallet-Stevens)

 
Donato Severo, membre du Lacth, présentera ses travaux en vue de l'Habilitation à diriger des Recherches rassemblés sous le titre:
La pluralité des temps de l'architecture

Le jury, sous l'égide de l'Université de Lille 3 (SHS), comprendra :
 
- Monsieur Richard KLEIN, Professeur à l'Ecole Nationale Supérieure d'Architecture et de Paysage de Lille, Garant
- Monsieur Bruno REICHLIN, Professeur à l'Accademia d'Architettura della Svizzera Italiana, Mendrisio, Suisse
- Madame Antonella MASTRORILLI Maître Assistante (HDR) à l'Ecole Nationale Supérieure d'Architecture et de paysage de Lille
- Monsieur Paolo AMALDI, Professeur à l'Ecole Nationale Supérieur d'Architecture de Versailles
- Monsieur Franz GRAF, Professeur à l'Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, Suisse
 
 

 

Happy children playing on a cement block wall...

de Frantz Graf (chair, DoCoMoMo Switzerland)

Récension de l'ouvrage
La Cité de l'étoile à Bobigny. Un modèle de logement social
Sous la dir. de Richard Klein, avec des textes de Richard Klein, Carine Lelièvre, Loïc Josse, Patricia Martineau, Paris : Ed. Créaphis, coll. "Lieux habités", 2014, 160 p.



Médaille de la formation, de l'enseignement et de la recherche 2014

attribuée le 16 juin 2014 par l'Académie d'architecture
à Richard Klein, professeur, HDR, directeur scientifique du LACTH


Soutenance de HDR

Denis Delbaere, 6 juin 2014 à 14h00
université de Lille 1, amphi B16


Ce projet qu'est la recherche. Esquisse d'une herméneutique du (méta)projet d'aménagement.
HDR sous le parrainage de Didier Paris.


Rencontre d'auteurs

mardi 06 mai à 12h30 - à l'ensapl
cinq ouvrages -cinq auteurs -cinq architectes

L'ensapLille, souhaitant mettre à l'honneur l'actualité éditoriale de certains de ses enseignants/chercheurs, vous propose cette rencontre d'auteurs pendant laquelle ces derniers vous présenteront leur ouvrage.
 
Cinq ouvrages / cinq auteurs :
- Jean Bossu, une trajectoire moderne singulière, de Xavier Dousson, Ed. du patrimoine, Coll. "Carnet d'architectes", 2014.
- Paul Nelson, de Donato Severo, Ed. du patrimoine, Coll. "Carnet d'architectes", 2013.
- La Cité de l'étoile à Bobigny. Un modèle de logement social, de Richard Klein (et al., dir.), Paris : Ed. Créaphis, coll. "Lieux habités", 2014.
- Le Château Vaissier, palais orientaliste d'un savonnier de Roubaix, de Gilles Maury, Ed. Picard, coll. "Architectures contemporaines, série Etudes", 2013.
- Histoires de gare, de dessins et de ruines 1896-1914, de Jean Louis Brahem, Ed. Le Pommier, 2013.
 
Rencontre organisée par l'ensapLille en présence des auteurs et avec la participation de la librairie Meura.

Prix de la thèse 2014 de l'Académie d'architecture

attribuée le 28 avril à Ana Bela DE ARAUJO, membre du LACTH

Thèse soutenue le 23 janvier 2013 au Conseil économique et social, Paris
 
Le Centre d'études nucléaires à Saclay. L'architecture-système d'Auguste Perret à l'épreuve de la science, 1948-1951
 
Sous la dir. de Gérard Monnier, Professeur émérite de l'Université de Paris 1 Panthéon - Sorbonne (ED Histoire de l'Art)
Membres du jury : Joseph Abram (Professeur, Ensa de Nancy), Richard Klein (Professeur, Ensapl), Dominique Pestre (Professeur, EHESS), Gilles Ragot (Professeur, Ensap de Bordeaux) et Danièle Voldman (Directrice de recherche émérite au CNRS)


Soutenance de HDR

Antonella Mastrorilli, 3 décembre 2013

mémoire inédit:
Architecture, mécanique et représentation du monde : nécessité ou contingence ? XIVe - XVIIIe siècles

"La science moderne s'est développée à travers le conflit entre différentes stratégies cognitives et expérimentales qui se sont relayées et ont alterné. La confrontation entre les statuts fondateurs de chacune d'elles devient donc le lieu où se rassemblent les raisons d'un “surpassement” successif. Dans cette optique, alors, devient essentiel pour l'histoire des sciences de questionner comment s'est articulé le jeu complexe des suppositions fondatrices des théories les plus importantes. D'autant plus que l'ensemble de ces théories (où chacune assume son propre fondement de vérité, non convergeant avec les autres), peut aussi être regardé comme un ensemble non fondé,
Ce mémoire vise à identifier les différentes visions du monde et à reconnaître les parcours conceptuels et constructifs qui ont porté à la configuration des scénarios architecturaux qui ont précédés la nouvelle science de Galilée, jusqu'à la charnière des XVIIe et XVIIIe siècles, où demeurent différentes visions du savoir et du réel qui correspondent à des visions métaphysiques, co-existantes et antinomiques. Deuxième Scolastique, Cartésianisme, logique allemande, newtoniasime, sensualisme etc., représentent des “métaphysiques rivales” qui se disputent la scène dans l'affirmation de la “science nouvelle”. Comme l'affirme Heidegger, la métaphysique donne son fondement à une époque, à travers une interprétation déterminée de l'être et une conception déterminée de la vérité. Or, l'interprétation de l'être qui caractérise ces différentes métaphysiques, le rapport de vérité entre “fait brut” et ratio, l'interprétation du monde, la valeur “pratique” du savoir, le rapport entre nécessité et contingence, entre realiter et hypothétice, sont tous des éléments fondamentaux qui doivent être différenciés dans leurs milieux métaphysiques respectifs."


Jury :
Alberto Grimoldi (Politecnico di Milano), Richard Klein (ENSAPL), Antoine Picon (Université Paris-Est et Harvard University), Patricia Radelet-de Grave (Université catholique de Louvain-la-Neuve), Joël Sakarovitch (directeur de l'HDR, ENSA Paris Malaquais), Thierry Verdier (Université Paul Valery-Montpellier III).
 


Back to Beaux-Arts

Une scénographie du Moyen-Age

"La prochaine grande expo du musée de Lille sera mise en scène par l'ENSAPL", par Cédric Gout


soutenance de HDR

Frank Vermandel, 13 septembre 2012

EDSHS, Université Lille 3, CEAC / LACTH.
sous la direction de Joëlle Caullier

Mémoire original :
"La condition langagière de la recherche. Architecture, écriture et sciences humaines - questions épistémologiques."

Jury :
Jean Attali, professeur à l'ENSAParis-Malaquais
Joëlle Caullier, professeur à l'Université Lille 3,
Sylvain Malfroy, professeur à l'Ecole d'architecture de Winterthur,
Joëlle Prungnaud, professeur à l'Université Lille 3,
Jean Stillemans, professeur à la faculté d'architecture de l'Université de Louvain,
et Christophe Viart, professeur à l'Université de Rennes 2.

Autres actualités

-
<<  | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | ... >>

spacer
Les coupoles remarquables en béton translucide
Exposition-installation, du 8 au 17 avril 2019
Lieu : Mairie de Cambrai, salle république
Horaires:  14h-17h00

Cette exposition, conçue par Yassine Kébir (architecte, doctorant au Lacth, Ensap de Lille/EDSHS), est l'occasion de découvrir, dans une installation lumineuse, des pavés et briques de verre emblématiques de l'histoire de l'architecture du XXe siècle et quelques coupoles phares les ayant mis en œuvre.

Exposition réalisée grâce à la mise à disposition de la collection de pavés et de briques de verre de Pierre Roquette (société Saverbat) et au concours de Sébastien Fremont (chef de l'atelier Echelle 1 à l'Ensapl) et des adhérents du Fabricarium de Polytechnique de Lille (Thomas Dienne resp.).

Exposition itinérante prochainement présentée à l'ENSAPL.

 

Présentation :

« Dans les contextes de l'entre-deux-guerres et de la reconstruction, le procédé Béton Translucide s'est révélé être une alternative économique et une solution architecturale dans la quête de la lumière dans des gabarits anachroniques. Le béton, matériau moderne qui se substitue à la pierre de taille, le verre et sa capacité à reprendre les efforts de traction, forment un amalgame homogène et monolithique. En France un premier brevet est déposé en 1909 par Gustave Joachim. Cet ingénieur s'est saisi des techniques de confection du béton pour élargir l'usage de ce procédé au bâtiment. Mais c'est à partir de 1855 que l'industriel Thaddeus Hyatt entreprit de noyer dans un amalgame de ciment des pavés ronds en verre. Depuis cette époque, l'évolution des modes de confection des ciments armés et des verres n'a cessé d'améliorer ce matériau composite. L'incidence des ciments Vicat, du béton armé de Coignet et des systèmes Hennebique et Cottancin, a en effet permis l'émergence, le long du XIXe siècle était de permettre l'émergence d'un nouveau béton. Un autre corps de métier vit le jour à l'aube de la première exposition universelle de 1900, celui des constructeurs poseurs de verre, des glaceries anciennes qui vont progressivement réadapter leurs machines, qui jusque-là, produisaient de la cristallerie et de la miroiterie à la faveur de produits manufacturés, résistants et surtout d'apparat.

Dans un premier temps, le béton translucide va prendre place dans les équipements publics et privés. Une orientation qui sera motivée par l'assurance d'une viabilité économique pour le constructeur. Ainsi, les établissements Dindeleux, Divorne ou le Forestier garniront les halls des banques, des gares, des piscines et autres bâtiments publics, de voûtes et de marquises rivalisant par le chatoiement des verres et par la rigueur démonstrative des poutraisons en béton.

Ce patrimoine architectural, rendu banal par une large diffusion jusque dans les années 1960, nous renvoie à ses premières distinctions et récompenses lors de l'exposition internationale des arts du travail de 1912 et celle des arts décoratifs de 1925. Il n'en reste pas moins que sa persistance dans le temps et dans le paysage des centres villes doit nous interpeller sur sa qualité, sa vocation et les enjeux liés à sa valeur patrimoniale. Cette exposition vous invite à porter un regard critique sur ce patrimoine, à travers les maquettes de plusieurs coupoles en béton translucide accompagnées de leurs pavés et briques de verre ».

Yassine KEBIR, Doctorant en histoire de l'architecture LACHT-EDSHS

 

<<  | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | ... >>
Image
Image
Autres actualités

spacer
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
ENSAPL Ecole nationale supérieure d'harchitecture et de paysage de Lille
Recherche ENSAPL
Image