Image
Ecole nationale supérieure d'architecture et paysage de Lille
Image
Image
Image
Valider
Image
ensapl English
Image
Ecole nationale supérieure d'architecture et de paysage de Lille
Image
Recherche
  l  
LACTH : Programme scientifique 2013-18
  l  
Domaine Conception
Image
Image
CONCEPTION

Dans le précédent programme scientifique du Lacth, les chercheurs du domaine conception s'étaient engagés dans une exploration de la notion de contemporanéité en interrogeant plus particulièrement le couple conceptuel « contemporanéité / temporalités ».
En nous écartant d'une définition catégorielle (épochale notamment), nous nous étions attachés à en sonder la complexité et le retentissement dans la création (au sens large) afin d'en interroger la pertinence au regard des problématiques qu'elle permet d'ouvrir et de construire en architecture. Dans cette perspective, nos travaux ont visé à articuler les dimensions épistémologiques et/ou analytiques sur des objets concrets, des œuvres, des textes, des pratiques (créatives, discursives et/ou théoriques) ou encore des process (1). Afin d'affiner la conceptualisation du couple contemporanéité / temporalités différents champs disciplinaires ont été croisés et confrontés (de la philosophie à la musique, en passant par l'art vidéo et le cinéma), en particulier dans le cadre de collaboration scientifiques avec les chercheurs du CEAC (Centre d'étude des arts contemporains, université de Lille 3) et d'échanges au sein du réseau Polygonale (regroupant des enseignants-chercheurs de plusieurs écoles d'architecture).
Ce cadre d'exploration élargi nous a permis de mettre en relief la complexité qui s'attache à la notion de contemporanéité, notamment au travers des différents régimes de temporalités mobilisés par les processus de création. La conception, qu'elle soit artistique, architecturale ou paysagère ne repose pas sur une succession de temps homogènes et cumulables mais résulte au contraire d'un travail d'agrégation hétérogène de temporalités multiples où, présent, passé et futur sont fréquemment entremêlés, imbriqués. Ce point de vue nous a conduit à rencontrer les travaux de Georges Didi-Hubermann pour interroger la contemporanéité comme un « montage de temps hétérogènes » (Devant le temps, Minuit, 2000).
Avec l'arrivée de nouveaux chercheurs (en esthétique et paysage) le domaine conception s'est reconfiguré autour de plusieurs thématiques qui constituent aujourd'hui un nouveau prisme de questionnement pour appréhender la création contemporaine (qu'elle relève de l'art, de l'architecture ou du paysage). La notion de contemporanéité est dans ce cadre renouvelé une notion centrale ; elle demeure pour le Lacth un axe d'investigation prépondérant et fédérateur.
Trois thématiques peuvent être déclinées :
 
1- Expérience et milieu
Cette approche concerne l'expérience en relation avec la notion de milieu. Elle concerne l'art, le paysage, l'architecture et l'espace public en ayant deux entrées principales, d'une part, les notions de milieu et d'« ambiance » comme qualité du moment à la fois atmosphérique, historique et politique et, d'autre part, l'esthétique et la phénoménologie se nourrissant d'une réflexion sur la corporéité et la spatialité, soit comment un certain sujet s'éprouve dans, et avec, le milieu dont il fait partie. L'objet de la recherche relève en ce sens de ce qu'une expérience éclaire et permet, en tant que relation aux autres et au monde, en tant que modalité d'action et de manière d'être. Il s'agit de comprendre ce qui sous-tend notre expérience du monde à l'heure où s'estompe la primauté du visible. Dans le champ de l'architecture et du paysage, sont interrogées les expériences du climatique dans leur relation aux formations sociales. Sont questionnées les positions qui ont cours en philosophie et en sciences humaines sur la distinction opérée entre les notions de lieu, milieu, atmosphère, ambiance ainsi que la variabilité des valeurs auxquelles elles sont attachées. Si l'instance matérielle de l'air alimente les recherches kinesthésiques contemporaines, cela intéresse l'émergence actuelle du domaine des ambiances, y compris dans son instabilité définitionnelle (cadre formel de simulation, expression sensorielle et sensible, creuset des socialisations).
La relation à l'esthétique et à la phénoménologie interroge également les modalités de compréhension et de transmission de la spatialité pour la conception des espaces, c'est-à-dire de la compréhension d'abord intime de ce qui n'est pas de l'ordre de la connaissance à savoir le sentir et de sa mise en langage pour autrui. Il s'agit, entre autres, d'interroger la qualité opératoire de la phénoménologie ; en articulant cette approche fondamentale aux travaux en psychomotricité et en analyse du mouvement à partir de l'expérience vivante d'un lieu et d'un milieu. La recherche est ainsi conçue comme un engagement, une capacité d'action de la réflexion en tant que désir de ne pas perdre le lien avec le monde et les autres. Dès lors, la mise en langage et l'écriture peuvent être conçues comme des moments et/ou des expériences.
 
2- Discours et représentation
La place du discours et plus particulièrement de l'écriture dans le travail du concepteur constitue un axe de réflexion important du domaine conception. Il hérite en partie des travaux de l'une des deux équipes de recherche (CEC) qui a précédé, avec l'équipe AVH (Architecture, ville, histoire), la création du LACTH.
Initialement centré sur le rôle du langage dans la conception architecturale (et plus particulièrement les pratiques contemporaines de conception), cet axe de réflexion s'est progressivement étoffé en s'élargissant à des questions qui gravitent autour de la production et de la réception architecturale, urbaine et paysagère (questions critiques, idéologiques, doctrinales et cognitives notamment).
Cette ligne de questionnement s'adjoint dans le présent projet à l'examen des formes de couplages et d'interrelation entre discours et représentations (graphiques et photographiques notamment). En s'intéressant aux techniques, appareils et dispositifs de médiation et de médiatisation de l'architecture et du paysage, il s'agit de porter une attention particulière à ce qui relève des modes, des fictions et mythes contemporains qui le concernent ; sont notamment explorés les liens qui fondent le paysage dans la perclusion de l'image et du discours ; l'image n'étant pas réservée au domaine du visuel non plus que le discours à celui du langagier.
 
3- Langages et connaissance
L'insistance de nos travaux sur le langage et l'écriture nous a conduits à porter l'accent sur la manière dont les connaissances sont construites par les chercheurs. Il s'agit, en développant un questionnement d'ordre épistémologique d'interroger les différents registres de production de connaissances dans les domaines de l'architecture et du paysage. Cette perspective invite à adopter une posture réflexive vis-à-vis des langages, des concepts, des objets, des outils et des méthodes mobilisés par les chercheurs dans nos domaines. La relation à l'écriture est consubstantielle de l'activité de recherche, elle s'engage sur différents registres : notation, description, récit, conceptualisation, modélisation ; elle vise, au sens large du terme, la compréhension, le « mieux connaître » et sert la construction et la transmission des savoirs ; elle permet également à l'activité d'interprétation (au sens herméneutique) de se développer moyennant des processus de contrôle et de validation, en appui sur des critères de scientificité. L'écriture et le langage de la recherche ne sont cependant pas de simples médiums transparents à eux-mêmes ; ils reposent sur des choix terminologiques, des valeurs et des présupposés qui nécessitent d'être interrogés.
Par ailleurs, le chercheur dans les domaines de l'architecture et du paysage recourt à des formes non verbales pour développer ses travaux : diagramme, croquis, cartographie, photographie qui nourrissent, documentent, en tant que supports de représentation et outils d'analyse le travail d'explicitation et d'interprétation qui est au cœur de l'activité de recherche. L'architecture et le paysage, où se nouent fréquemment les instances du langage et de l'image, sont particulièrement propices au développement d'une réflexion collective sur l'interrelation de l'écrit et du visuel ; cette perspective s'inscrit à la croisée des quatre domaines constitutifs du laboratoire.
 
 
(1) Cf. Cahiers thématiques n°7, "Contemporanéité et temporalités", ENSAPL-LACTH/J-M Place, 2007 et Cahiers thématiques n°10, "Architecture et paysage, situations contemporaines. Dix ans de recherche", ENSAPL-LACTH/Éditions de la MSHS, 2010 (chapitre II. « Poïétique, contemporanéité et temporalités », p.87-172).

 
Image
ENSAPL Ecole nationale supérieure d'harchitecture et de paysage de Lille
Recherche ENSAPL
Image
Image
Image
Image
Image
Image
L'ensapLille est membre de la
Conférence Régionale des Grandes Ecoles
 
L'ensapLille est partenaire
de l'Université de Lille
Image