Image
Ecole nationale supérieure d'architecture et paysage de Lille
Image
Image
Image
Valider
Image
ensapl English
Image
Ecole nationale supérieure d'architecture et de paysage de Lille
Image
Travaux
  l  
Travaux en architecture
  l  
Travaux de master
  l  
Habiter le Grand Paris - workshop
  l  
habiter le grand paris-fer et eau
Image
Fer et eau : les "voies royales" de 2030

étudiant(e)s : Valentine Dailly, Jean-Philippe David, Chloé Mariey, Mélanie Metier

 

Le premier groupe est parti de l'existence de 2 anciennes voies royales sur le territoire de St Denis qui répondaient jadis aux thématiques actuelles du Grand Paris : relier Paris à sa banlieue mais aussi relier les banlieues entre elles, avec la "route de la révolte", de Versailles à St Denis. Aujourd'hui, ces axes sont fragmentés par des infrastructures, les "portes" sont devenues des nœuds complexes, la continuité n'est plus lisible.
En revanche, des modes de déplacement tels que le RER et le tramway incarnent de nouvelles entrées de ville ; la Seine (berges + voie navigable) traverse les différentes banlieues, de Saint-Denis à Boulogne-Billancourt en passant par Courbevoie et Neuilly ; les voies ferrées relient Paris et sa banlieue. En proposant de nouveaux modes de déplacement doux, longeant des berges aménagées, celles de la Seine comme des voies ferrées,  le groupe cherche à faire du fleuve et des voies ferrées les "axes royaux" des modes de vie 2030.
A partir de ces deux axes, une requalification du territoire est initiée sur quelques grands principes : longer les berges, franchir entre quartiers, densifier les friches industrielles et avant tout, requalifier la gare Saint-Denis comme nouvelle porte d'entrée, de la ville et de l'île Saint-Denis.
Le projet propose une densification du site de confluence, entre Seine et voies ferrées, avec la gare comme point nodal permettant de relier les différents quartiers. Cette densification, à partir de la trame parcellaire et viaire existante, s'appuie sur le passé industriel du site pour imaginer une cohabitation par strates et juxtaposition de bâtiments industriels et de logements. Ceux-ci, connectés entre eux en hauteur, tisseraient un second réseau facilitant le franchissement de certaines infrastructures, créant de la continuité entre quartiers et de linterconnectivité entre les modes de déplacements. Il devrait être facile, pour les habitants du futur éco-quartier de l'île Saint Denis, d'aller au marché de St Denis à vélo sans se confronter aux infrastructures.
Image
Image
Image
ENSAPL Ecole nationale supérieure d'harchitecture et de paysage de Lille
Evenement ENSAPL
Image