Image
Ecole nationale supérieure d'architecture et paysage de Lille
Image
Image
Image
Valider
Image
ensapl English
Image
Ecole nationale supérieure d'architecture et de paysage de Lille
Image
Recherche
  l  
Doctorat
  l  
Thèses soutenues
Image
Image
Florence PLIHON
thèse soutenue à l'Ensapl, le 7 octobre 2016

Architectures numériques et résurgence baroque : Bernard Cache, Greg Lynn et "le Pli" de Deleuze
Sous la direction de Catherine GROUT (professeure HDR, ENSAP de Lille); codirection de Frank VERMANDEL (maître-assistant HDR, ENSAP de Lille)
EDSHS, Université Lille Nord de France

Membres du jury :
Catherine GROUT. Directrice de thèse
Frank VERMANDEL. Co-directeur de thèse
Manola ANTONIOLI, professeure HDR ENSA Paris-la-Villette. Rapporteur
Christophe CAMUS, professeur HDR ENSA de Bretagne (Rennes). Rapporteur
Pierre CHABARD, maître-assistant ENSA Paris-la-Villette. Examinateur
Christian GIRARD, Professeur HDR ENSA Paris-Malaquais. Examinateur
Bernard KORMOSS, professeur à la Faculté d'Architecture, Université de Liège (Belgique). Examinateur

Résumé :
Autour des années 1990, le mot baroque ressurgit dans certains discours sur l'architecture numérique naissante et sur les changements qu'induisent les nouveaux logiciels de conception et de production par ordinateur. Peut-on dire que certains architectes vont jusqu'à prolonger un élan baroque dans de nouveaux modes d'exploration de la forme architecturale par les outils numériques ? Cette thèse propose une approche croisant la philosophie, l'anthropologie et la linguistique pour analyser les discours de deux architectes pionniers dans le développement des technologies informatiques. Greg Lynn (USA, 1967*) aborde la conception par des algorithmes qui génèrent des formes dites complexes, alors que Bernard Cache (France, 1958*) explore et théorise le file-to-factory, c'est-à-dire une chaîne continue entre la conception et la production. Ils se rapprochent tous deux par leur interprétation de "Le Pli, Leibniz et le Baroque", de Gilles Deleuze (1988), ouvrage philosophique dans lequel ils puisent de nombreux concepts pour théoriser les thèmes de la continuité, de la variation infinie des formes et du non standard. L'analyse se concentre sur l'implication du baroque dans les stratégies discursives en tant qu'homologie structurante de leur pensée, et soulève sa dimension fictionnelle. La notion, en plus de constituer un archétype fondateur de l'imaginaire de ces architectes, constitue d'une part un outil opératoire utile à leurs productions théoriques et architecturales. Elle est d'autre part instrumentalisée pour répondre aux enjeux intellectuels de leur époque.

MOTS CLES : Architecture numérique, Deleuze, Baroque, Homologie, Fiction.
 
 
Image
François GRUSON
thèse soutenue à l'Ensapl, le 15 décembre 2016

Pratique rituelle et forme de l'espace. Le temple maçonnique : forme, type et signification
Sous la direction de Antonella MASTRORILLI (professeure HDR, ENSAP de Lille)
EDSHS, Université Lille 3

Membres du jury :
Anna CAIOZZO, Maître de conférences-HDR à l'Université de Paris VII - Denis Diderot
Jean-François COTTIER, Professeur à l'Université de Paris VII - Denis Diderot
Maurice CULOT, Architecte, Président des Archives d'Architecture Moderne, Bruxelles (Belgique)
Pierre MOLLIER, Historien, Directeur de la bibliothèque du Grand Orient de France
Thierry VERDIER, Professeur à l'Université Paul Valéry Montpellier III
Image
Delphine JACOB
thèse soutenue à Paris (INHA), le 27 mars 2015
 
Pierre Guariche designer-architecte d'intérieur (1926-1995) et les nouveaux programmes architecturaux issus de la croissance
Doctorat en Histoire de l'Art (ED 441), Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne, sous la dir. de Claude Massu et Richard Klein
 
Membres du jury :
M. Jean-Lucien BONILLO, Professeur HDR à l'ENSA de Marseille
M. Richard KLEIN, Professeur HDR à l'ENSAP de Lille
M. Serge LEMOINE, Professeur émérite à l'Université Paris IV-Sorbonne
M. Claude MASSU, Professeur émérite à l'Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne

RESUME :
Cette thèse propose une approche monographique du parcours professionnel de Pierre Guariche, décorateur-créateur d'ensembles-Architecte d'intérieur français. Les «Trente Glorieuses» représentent un tournant décisif chez ce professionnel car elles coïncident avec les débuts de l'industrialisation de la filière ameublement. Le contexte historique et politique explique son engagement dans la création de programmes complets d'objets destinés à meubler les logements standardisés de la Reconstruction. Il comprend que le mobilier de série, fabriqué par des procédés industriels et à des prix raisonnables, peut remédier aux effets de l'insuffisance de la politique de l'Etat français. Afin d'adapter son mobilier «moderne» au plan-type, il s'inspire de la production des designers américains et crée des objets rationnels normalisés et innovants sur le plan technique et esthétique. En 1954, il sollicite Michel Mortier et Joseph-André Motte, et crée avec eux l'Atelier de Recherches Plastiques. Ils comprennent tous les trois que les jeunes créateurs doivent se fédérer autour d'un projet commun : la promotion de leurs meubles de série auprès des industriels. Par la suite, chacun reprend son indépendance pour se consacrer à ses travaux respectifs. Les nouvelles orientations professionnelles de Pierre Guariche lui offrent la possibilité de collaborer à des programmes inédits d'architecture intérieure, nés de la politique d'aménagement du territoire. Cette thèse aborde donc le contexte social, politique et économique durant lequel il exerce son activité mais également des faits et des acteurs, ce qui ouvre de futurs champs à explorer dans l'histoire du design français.
 
Image
Jérémie HOFFMAN
thèse soutenue à Paris (INHA), le 8 décembre 2014
 
Histoire de la Ville Blanche de tel-Aviv. L'adaptation d'un site moderne et de son architecture
Doctorat en Histoire de l'Art, ED Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne
Sous la dir. de Richard Klein (LACTH, Ensapl)
 
Le jury, qui a décerné à Jérémie Hoffmann le titre de Docteur (mention Très Honorable), était composé de :
Danièle Voldman, Directeur de recherche CNRS, Paris I, Présidente du jury
Maryvonne Prévot, Maître de Conférence, (HdR) Université de Lille I
Eric Monin, Professeur, Ecole nationale supérieure d'architecture de Paris Val-de-Seine, rapporteur
Simon Texier, Professeur, Université de Picardie, rapporteur
Richard Klein Professeur, Ecole nationale supérieure d'architecture et de paysage de Lille
RESUME (à venir)
 
 
Image
Monika CYSEK
thèse soutenue à łódz en juin 2014
 
L'évolution des villes post-industrielles. Étude comparative entre Lodz et Roubaix
Doctorat en Aménagement et Urbanisme, EDSESAM Lille 1, en cotutelle avec l'Uniwersytet łódzki, sous la dir. de Didier Paris (TVES, Lille 1) et de Philippe Louguet (LACTH, Ensapl)
 
 
Image
Clotilde FELIX-FROMENTIN
thèse soutenue le 15 novembre 2013 à l'ENSAPL
 
Entre habit et habitacle, design de l'habiter. Penser l'enveloppe, vers un paradigme de la textilité
Sous la dir. de Anne Boissière (professeur à l'Université Lille 3, CEAC) et Philippe Louguet (professeur à l'ENSAPL, LACTH)
Membres du jury : Pierre-Damien Huyghe (Professeur, Université Paris 1), Sophie Pène (Professeur, Université Paris 5), Eric Vandecasteele (Université jean Monnet de Saint Etienne)
 
RESUME:
Dans le cadre du projet de « maintenir ou accroître l'habitabilité du monde » (Ezio Manzini, 1991), nous interrogeons la manière de penser l'habiter par le design, qui rencontre de notre point de vue la question des enveloppes de l'homme, artificielles versus biologiques, matérielles versus virtuelles. Le cas de l'habit, hypothétique enveloppe habitable dérivée du vêtement, première architecture selon Gottfried Semper et le «principe du revêtement», retient tout particulièrement notre attention. Le sujet est abordé par une théorisation située à partir d'un projet expérimental personnel de conception et fabrication d'enveloppes textiles, qui attesta d'une rationalité et d'une expansivité tout à fait singulières. Son étude est conduite par une méthode poïétique, au sens de Paul Valéry, qui combine une étude herméneutique des productions, une exégèse de la nature systémique de la démarche (programme et émergences), ainsi qu'une exégèse complémentaire du travail technique en actes (facture et irrégularités). La transdisciplinarité inhérente à la problématique est ainsi envisagée à partir de la pensée de l'art textile de Semper, la pensée poétique et épistémologique de Valéry, et la pensée esthétique complexe issue des sciences du vivant. La construction théorique nous emporte à suggérer, en regard de l'habitabilité, la perspective d'un nouveau paradigme, la textilité.
 
Image
Ana Bela DE ARAUJO
Thèse soutenue le 23 janvier 2013 au Conseil économique et social, Paris
Prix de la thèse de l'Académie d'architecture (2013)
 
Le Centre d'études nucléaires à Saclay. L'architecture-système d'Auguste Perret à l'épreuve de la science, 1948-1951
Sous la dir. de Gérard Monnier, Professeur émérite de l'Université de Paris 1 Panthéon - Sorbonne (ED Histoire de l'Art)
Membres du jury : Joseph Abram (Professeur, Ensa de Nancy), Richard Klein (Professeur, Ensapl), Dominique Pestre (Professeur, EHESS), Gilles Ragot (Professeur, Ensap de Bordeaux) et Danièle Voldman (Directrice de recherche émérite au CNRS)
3 vol. (737p.) : ill. en noir, fig., tableaux, dépl. ; 30 cm
Num. national de thèse : 2013PA010527
 
RESUME:
En 1948, l'architecte Auguste Perret est nommé conseiller pour les questions d'architecture auprès du Commissariat à l'énergie atomique français (CEA). Ce nouvel organisme d'État met immédiatement le savoir-faire du Maître de l'architecture du béton armé à contribution pour un projet d'envergure et de priorité nationale: la construction d'un grand centre d'études nucléaires à Saclay. Ce « palais de l'atome » est la dernière grande œuvre d'urbanisme et d'architecture d'Auguste Perret. La composition monumentale mise en œuvre par l'architecte a traduit la volonté des fondateurs du CEA de faire du Centre une institution digne de cette science nouvelle. L'enjeu était de taille et le défi quasi insurmontable pour l'architecte, car, si aujourd'hui les solutions architecturales et urbaines semblent cohérentes et évidentes, elles répondaient pourtant à une commande des plus paradoxales. L'architecte devait projeter un centre nucléaire avant même que ce dernier ne soit clairement défini, le programme scientifique étant en construction en même temps que la fabrication du projet. Il devait concevoir des édifices-outils qu'il savait porteurs d'une obsolescence précoce. Il devait surtout concevoir une ville capable de se régénérer et de se développer. Après une première partie consacrée à l'élaboration du programme scientifique complexe, nous évaluons l'apport de la doctrine architecturale éprouvée de Perret, tant du point de vue de la conception que du chantier. La troisième partie porte sur l'usage et le destin de cette architecture monumentale et ordonnancée dont a hérité le CEA.
 
Image
Claire DELABY
Thèse soutenue le 20 décembre 2012 à l'UFR de Géographie, Lille 1
 
Les nouveaux modes de faire la ville à Berlin. Urbanisme et architecture participatifs : les Baugruppen
Sous la dir. de Philippe Louguet et Didier Paris (ED SESAM, Université Lille 1)
Membres du jury : Daniel Pinson, Dominique Badariotti, Corinne Jaquand et Jodelle Zetlaoui Léger
 
RESUME:
Cette thèse interroge les récentes pratiques d'aménagement du territoire qui font appel à des stratégies participatives dans la ville de Berlin, prise comme terrain d'expérimentations et d'observations et où le nombre de Baugruppen y est estimé à un tiers des constructions neuves dans les quartiers centraux -en 2010-. Ce phénomène apparaît à un moment de l'histoire de l'urbanisme où la participation croise le pragmatisme de la standardisation pour s'orienter vers une troisième voie du logement.
Dans la ville considérée comme « laboratoire du vide », les projets se répartissent sporadiquement dans les espaces libres, et ne sont plus les éléments constitutifs d' « éco-quartiers ». Les Baugruppen se réalisent en marge des politiques de la ville de Berlin, qui, malgré une grande reconnaissance pour ces expériences, s'orientent vers la planification de grands projets urbain hérités d'un urbanisme en concurrence (ex Berlin Est et Ouest). Affiliées aux coopératives de logements du XIXe siècle et aux projets participatifs des années 1960 à 1980, ces constructions suscitent néanmoins une réception ambivalente qui est en rupture avec la ville locative en pleine mutation. Si l'implantation dépasse l'échelle de l'immeuble, elles se retournent vers le fonctionnement d'une dynamique top-down de villes privées.
L'étude de la morphologie, typologie et dispositifs architecturaux des Baugruppen, fait émerger deux tendances dans leur évolution. Ils favorisent tout d'abord une marchandisation du logement traditionnel vers laquelle la société évolue dans la ville-globale. Ensuite, la création de « standards spécifiques », qui invitent à la dérive inspirées des situationnistes, produit un « urbanisme interne » par les interactions naissant entre espaces et usagers. Par une radicalisation de la construction et une rationalisation de la participation, ces expériences proposent un nouveau rôle pour les architectes qui réalisent alors des « architectures de processus ». Générant des micocommunautés, ce nouvel habitat met en avant une nouvelle version de socialisation dans la fabrique de logement. La recherche d'optimisation dans un système non hiérarchique propose un scénario horizontal (entre les dynamiques top-down et bottum-up) au sein duquel l'appropriation de l'espace est planifiée.
 
Mots clés : participation, Baugruppe, Baugemeinschaft, métropole, habitat collectif, personnalisation, appropriation, propriété, espaces communs
 
Image
Isabelle ESTIENNE (Duval-Estienne)
Thèse soutenue le 17 septembre 2010 à la Cité scientifique (Villeneuve d'Ascq)
 
L'intervention du paysagiste dans la ville de 1960 à aujourd'hui. Pertinence et enjeux pour les architectes et les urbanistes. Le cas de la métropole lilloise.
Sous la direction de Didier Paris (professeur d'Aménagement-Urbanisme à l'Université Lille 1) et Dominique Mons (maître-assistante à l'ENSAPL)
Membres du jury : Daniel Le Couédic (professeur d'Aménagement-Urbanisme à l'Université de Bretagne occidentale ; rapporteur), Philippe Louguet (professeur à l'ENSAPL, directeur du LACTH), Frédéric Pousin (directeur de recherche au CNRS, rapporteur)
 
RESUME
Vérifiant une hypothèse apparue au milieu des années 1990 en France selon laquelle les paysagistes seraient les nouveaux spécialistes du sub-urbanisle (Marot, 1995), cette thèse mesure la spécificité et l'apport de leur intervention dans la ville. S'appuyant sur le dépouillement de publications spécialisées en architecture, urbanisme et paysage (Estienne, 2004), ellle confronte les notions utilisées pour aborder les espaces non construits des villes depuis 1960 à la réalité spatiale et professionnelle de la métropole lilloise et s'articule en trois parties correspondant à des périodes, des objets et des méthodes spécifiques. La première partie reprend l'analyse des corpus à la lumière des discours des paysagistes qui ont travaillé dans ce territoire durant les Trente Glorieuses ; l'approche diachronique met en lumière une filiation entre des notions apparues dans les décennies 1960 et 1970 - espaces ouverts, extérieurs, urbains, non-construits, publics - et la notion d'espaces libres mise en place au déut du XXe siècle. Associant des approches diachroniques et qualitatives, la seconde partie analyse la manière dont les questions paysagères ont été prises en compte au sein de l'OREAM-Nord et de l'EPALE - deux organismes pluridisciplinaires d'études mis en place par l'État au milieu des années 1960 - et le rôle inattendu joué par les paysagistes au sein de ces équipes. Privilégiant l'analyse qualitative, la troisième partie montre comment un milieu professionnel s'est constitué à Lille ces vingt dernières années. Selon les échelles d'intervention, elle précise la place du vide dans les projets, leur relation au site, leur mise en valeur de matériaux spécifiques.
 
Mots-clés: paysage, ville, espaces non-construits, paysagistes, architectes, urbanistes.

ABSTRACT
This thesis aims to evaluate the specific impact of landscape architects on the city, thereby validating a hypothesis formulated in France in the mid-1990s, according to which landscape architects are the new specialists of what Marot (1995) terms “sub-urbanism”. Drawing on the systematic treatment of specialized journals in architecture, urbanism and landscape (Estienne, 2004), this work compares the notions used to characterize vacant urban areas since 1960, to the spatial and professional reality of the Lille metropolis. It is divided into three parts, corresponding to specific periods, objects and methods. The first part analyzes the journals through the lens of the discourses of landscape architects who worked in the Lille area during the Golden Age. The diachronic approach is used to highlight the lineage between notions which emerged in the 1960s and 1970s - open areas, outdoor areas, urban areas, vacant areas, public areas - and the notion of free areas which gained currency in the early 20th century. The second part combines the diachronic and qualitative approach to analyze how landscape issues have been integrated to OREAM-North and EPALE - two multidisciplinary survey organizations created by the French government in the mid-1960s - and the unexpected part played by landscape architects within these teams. The third part uses a qualitative analysis to show how a professional environment emerged in Lille over the past twenty years. Taking into account the different levels at which landscapers operate, an attempt is made to specify in what respect projects make room for empty spaces as well as how projects relate to the site and showcase specific materials.
 
Key words: landscape, city, vacant areas, landscape architects, architects, urban planners.
 
Image
Jennifer BUYCK
La fabrique contemporaine des métropoles en France : Pays, paysage et paysans
Doctorat en Architecture, ED SHS (LACTH-CEAC), Université Lille 3, sous la dir de Joëlle Caullier (CEAC/Lille 3) et Daniel Treiber (LACTH/ENSAPL), 2010, 2 vol, 470 et 356 p.
* Cette recherche a fait l'objet d'une convention CIFRE, signée en 2008 entre le LACTH, le CEAC de Lille 3 et l'atelier de paysage Alfred Peter à Strasbourg.
 
Image
Xavier DOUSSON
Jean Bossu, architecte (1912-1983)
Doctorat en Histoire de l'Art (Paris 1), sous la dir. de Gérard Monnier (Paris 1), 2010, 3 vol. 1761 p.
 * Cette recherche a bénéficié d'une allocation d'un an du MCC (2008-2009).
 
Image
Séverine BRIDOUX-MICHEL
Architecture et musique : croisements de pensées après 1950 (la collaboration de l'architecte et du musicien, de la conception à l'oeuvre)
Doctorat en Esthétique et sciences de l'art, EDSHS (Lille 3), sous la dir de Joëlle Caullier (CEAC) ; co-encadrant : Frank Vermandel (LACTH/ENSAPL), 2006, 596 p.
* Prix de la thèse de l'Académie d'Architecture (2007)
* Cette recherche a bénéficié d'une allocation d'un an du MCC (2005-2006).
 
Image

Architectural Design, n°63 vol.3-4, 1993 (Folding in Architecture)
Image

Vue intérieure d'un temple au 24e degré du Rite Ecossais Ancien & Accepté - Album "Décorations & Costumes" volume 1. Aquarelle sur papier, début XIXe siècle - La Haye, Centre Culturel Maçonnique "Prince Frédéric"(DR)
Image

Pierre Guariche : réalisations
Image
Image

Manufaktura, Lodz
Image

Le "Cap", exemple d'enveloppe-habitacle. Design Clotilde Félix-Fromentin (DR).
Image

Portrait d'Auguste Perret. NAM / SIAF /CAPA Archives d'architecture du XXe siècle / Perret / UFSE / SAIF (DR).
Image

Vue aérienne du Centre d’études nucléaires de Saclay en 1960, Archives CEA (DR).
Image

Bâtiment de la pile EL2, vu depuis le réfrigérant atmosphé-rique, 4 janvier 1952, Archives CEA (DR).
Image

Urbanisme interne : schéma de la flexibilité des usages au sein de l'immeuble Baugruppe Oderbergerstraße 56 réalisé à Berlin en 2009 ; BAR Architekten
Image

Nouvelle typologie dans la densification de Berlin Kreuzberg: nouveau processus de conception de logement individuel avec espaces optionnels partagés. Baugruppe R50 (Ritterstraße 50, Berlin), réalisés en 2012 IFAU & Jesko Fezer Architekten + Heide & von Beckerath Architekten
Image

Une autre hypothèse. Carte des paysages de la métropole trans-frontalière, Ph. Thomas et A. Leplat pour l'atelier transfrontalier (Portrait du paysage, cahier 2, 2000, p. 65).
Image

Haut: Roncq, passerelle du parc du bois Leurent; L'interlieu (cl. D. Delbarere). Bas: Plan masse du secteur Tournebride à Lomme Capinghem; Atelier(b) et 9.81 (cl. C. Bigot).
Image
ENSAPL Ecole nationale supérieure d'harchitecture et de paysage de Lille
Recherche ENSAPL
Image
Image
Image
Image
Image
Image
L'ensapLille est membre de la
Conférence Régionale des Grandes Ecoles
 
L'ensapLille est partenaire
de l'Université de Lille
Image