La formation théorique et le calendrier des sessions HMONP

La formation de l’architecte diplômé d’État à l’habilitation à l’exercice de la maîtrise d’œuvre en son nom propre (HMONP), porte spécifiquement sur l’exercice de la maîtrise d’œuvre et sur les responsabilités et compétences professionnelles qui s’y rattachent. Elle comprend une formation théorique de 150 h minimum et une mise en situation professionnelle de six mois minimum.

La formation théorique

Session 1 : Phases et Acteurs

encadrée par Jean Philip LEBECQ, architecte, Maître de conférences associé. Les 9, 10, et 11  janvier 2020

Cette première session aborde la maîtrise d’oeuvre à partir du postulat que toute construction est une épreuve, toujours renouvelée. L’architecte, maître d’oeuvre, est confronté à divers acteurs, pas toujours les mêmes, et ceci tout au long de la durée du projet.

  • Qui sont ces acteurs ?
  • Quel rôle le maître d’oeuvre lui-même a-t-il à jouer dans le projet ?
  • Un projet se déroule sur plusieurs années : pas moins de cinq ans sont souvent nécessaires à sa réalisation, parfois bien davantage.
    Comment les choses se déroulent-elles, et dans quel ordre ?
  • Quelles sont les phases dans lesquelles chacun s’implique, à commencer par le maître d’oeuvre lui-même ?

Évolution de la commande et nouveaux cadres de conception

Nous assistons actuellement à des mutations profondes de la profession. Apparition de nouvelles formes de contrat, bouleversements dans les phases et les temps qui leurs sont consacrés.

  • Quelles conséquences sur l’architecture bâtie ?
  • Quelle attitude avoir par rapport à ces nouvelles formes que prend le processus de conception ?

A travers les expériences et les questions des ADE, cette session qui doit être avant tout un débat contradictoire, tentera d’aborder ces questions, éventuellement d’apporter quelques réponses, d’affirmer des positionnements. Des intervenants variés, architectes mais aussi maîtres
d’ouvrage, bureaux d’étude nous accompagneront pendant ces trois jours pour donner leurs points de vue.

 

Session 2 : L'entreprise d'architecture

encadrée par Thierry GRISLAIN, architecte, contractuel STA. Les 30, 31 janvier et 1er février 2020
 
Gestion d’agence, contrats de travail, l’équipe de maîtrise d’oeuvre.
La deuxième session a pour objectifs de comprendre les modalités de gestion d’une agence. En particulier, cette session permet de communiquer aux jeunes architectes des notions précises de management, des différents modes associatifs et de leurs conséquences fiscales, de gestion du personnel, d’organisation des temps de travail et des méthodes pour aborder la vie professionnelle avec les bons outils administratifs et réglementaires.

Session 3 : Passage

Encadrée par Jean-Christophe LAURENT, architecte, m.a.  STA. Les 27, 28 et 29 février 2020
Au centre de la session 3, telle que définie par le « découpage en éléments de mission », l’enjeu particulier est bien la question de la finalisation d’un processus de projet en vue de sa transmission et sa mise en oeuvre par les entreprises, conformément aux volontés initiales du dit projet.
C’est donc bien de la maîtrise de l’oeuvre dont il s’agit, au delà du « passage » vers son processus de réalisation, et de la façon dont l’architecte peut porter ses idées vers leur matérialisation, dans un environnement de production technique et réglementaire donné.

Bilan intermédiaire

Vendredi 13 mars 2020.
Bilan sur le travail de l’ADE à mi parcours de la formation, en présence de l’ADE, son directeur d’étude et deux des six responsables de sessions.
Ce bilan sera couplé avec une 1/2 journée « méthodologie/écriture du mémoire » : un intervenant travaillera avec la 1/2 promo le matin (pour les ADE passanr l’aprés midi) et l’autre 1/2 promo l’aprés midi pour ceux qui sont passés le matin

Session 4 : Coeur de chantier

Encadrée par Didier DEBARGE, architecte, m.a. TPCAU. Les 19, 20 et 21 mars 2020
La quatrième session propose une immersion dans l’univers du chantier avec un mode pédagogique interactif. En effet, c’est à partir de l’expérience de chantier en MSP que les grandes questions des ADE sont repérées et répertoriées pour développer la matière d’une réflexion :
  • qui replace le chantier et le mode de production dans le processus de conception,
  • qui porte l’accent sur les responsabilités de l’architecte, l’interprétation de la réglementation et l’économie globale du projet.
Des personnalités extérieures de sensibilités diverses sont invitées : entreprises, bureau de méthode, critiques d’architecture… dans le but de placer le débat entre réalité productive et qualité architecturale.
Un fil rouge se tisse pendant toute la session : la mise en évidence de la part imprescriptible, indescriptible et imprévisible du chantier par rapport aux documents de projet. Il s’agit là de prendre conscience, de manière la plus complète possible, des aléas auxquels il faut faire face mais aussi des opportunités à saisir pour transformer qualitativement l’occurrence en réalité construite.

Session 5 : La norme et ses entours / Voies de progrés

Encadrée par Cédric MICHEL, architecte, m.a. TPCAU. Les 9, 10 et 11 avril  2020
architectes / ingénierie / entreprises, atex, innovations,…
Face à un cadre réglementaire qui peut être décrit et subi comme « une sphère étouffante, constituée de normes, labels, règlement », nous nous attacherons ici à interroger les moyens dont dispose l’architecte pour développer une attitude prospective, au bénéfice du projet architectural.
L’enjeu de cette session consiste donc à questionner la norme, le cadre de la production architecturale, et à envisager les conditions de l’expérimentation.
L’ADE est amené à comprendre les leviers sur lesquels il peut agir : quel moment des études et de la construction, quels sont les interlocuteurs à interpeller, etc.
Cette session sera délibérément hétérogène, tant par les thèmes abordés que par les temps du projet convoqués, afin d’affirmer la diversité des actions que peut entreprendre l’architecte pour s’affranchir de la norme, alimenter les recherches et faire évoluer la construction. Il s’agit donc de montrer sans exhaustivité des voies possibles d’expérimentation et de progrès. Les éclairages proposés seront donc abordés de façon autonome, sans autre articulation entre eux que cette démarche prospective à laquelle nous allons nous attacher. Ils seront donc présentés sans hiérarchie, ni progressivité.

Thèmes abordés et approfondis :

  • filières constructives,
  • de l’avis technique à l’ATEX,
  • recherche appliquée : les appels à propositions d’expérimentation du PUCA,
  • le Développement Durable : champ d’expérimentation / cadre coercitif,
  • l’esthétique de la norme

Session 6 : La norme et ses entours / Voies de progrés

Encadrée par Antoine BEAL, architecte, m.a. TPCAU. Les 14, 15 et 16 mai 2020.

Cette dernière session, « synthèse » de la formation, revient sur les différents thèmes des sessions 1 à 5 sur le terrain d’une seule étude de cas, pour s’en faire l’écho et en trouver les prolongements, dans les trois domaines privilégiés de la formation que sont : responsabilités personnelles du maître d’oeuvre, économie du projet et réglementations, normes constructives, usages, etc..
La présentation d’une étude de cas n’est pas de reconstruire une histoire idéale du projet mais bien de décrire de façon objective et circonstanciée l’histoire et les processus ayant abouti à l’état de conception et de réalisation de « l’oeuvre » et d’interroger sa « maîtrise » de façon critique.
Cette étude porte sur le chantier de l’îlot M10C, dans la Zac Tolbiac Masséna à Paris. C’est un projet complexe contenant de nombreuses problématiques architecturales contemporaines. Il est choisi dans une phase déterminante de sa production, à la fin du gros oeuvre, alors qu’une grande partie du clos couvert est réalisée et le second oeuvre engagé. C’est donc à une lecture ouverte, parfois paradoxale que les ADE sont confrontés.
L’idée est de déjouer dans cette session l’opinion commune et ressassée par les ADE pensant « défendre » leur projet contre les autres plutôt que le transformer, l’enrichir, lui faire prendre du sens dans le réel sans lequel il n’y a pas d’architecture.

Calendrier

Le calendrier 2020/2021 sera mis en ligne au mois de Juillet 2020.

  • Journée d’accueil des inscrits : vendredi 16 décembre 2019
  • Session 1 : 9, 10, et 11  janvier 2020
  • Session 2 : 30, 31 janvier, 1er février 2020
  • Session 3 : 27, 28 et 29 février 2020
  • Bilan de mi-parcours : vendredi 13 mars 2020
  • Session 4 : 19, 20, 21 mars  2020
  • Session 5 : 9, 10 et 11 avril 2020
  • Session 6 : 14, 15, 16 mai 2020
  • Rattrapage sessions : Jeudi 11 juin 2020
  • Session de clôture : Vendredi 12 juin 2020
  • Commission collégiale HMONP et résultats : 12 juin 2020 

Contactez-nous

Sylvie SAVELS

Sylvie SAVELS

Chargée de mission HMONP

+33 3 20 61 95 84

Les intervenants

Chaque enseignant titulaire, responsable de session, aura la charge de composer les cours et les participations d’autres enseignants de l’école comme de professionnels non enseignants, choisis avec l’accord de l’école, pour leurs compétences professionnelle et leur intégrité. Les responsables de session s’assurent du contenu et du mode d’expression des intervenants et prévoient la logistique qui leur est nécessaire. Dans tous les cas, ces responsables :

  • assistent à leurs exposés et prennent la parole pour les cadrer dans l’ensemble de la formation, et le cas échéant les commenter et compléter ;
  • s’assurent que le dialogue sera possible avec les participants architectes diplômés d’Etat ;
  • recadrent et complètent les questions des participants ;
  • récapitulent en fin d’exposé.

Liste indicative d’intervenants extérieurs :

Architectes

  • institutions : CROA, Syndicats d’architectes,
  • enseignants praticiens de l’ENSAPL ou d’autres écoles associées,
  • architectes praticiens non enseignants choisis par l’école pour une opération ou pour la qualité de leur œuvre, leur expertise dans un domaine concerné par la HMONP,
  • architectes-experts près les tribunaux.

Animateur ou modérateur de débats

  • journalistes de presse traditionnelle,
  • journalistes de presse spécialisée.

Maîtres d’ouvrage

  • institutionnels, clubs de maîtres d’ouvrage,
  • privés ou publics, propres à chaque opération ou sur sujets spécifiques.

Utilisateurs

  • institutionnels, syndicats du cadre de vie, société de consommateurs,
  • utilisateurs propres à chaque opération ou question examinée.

Partenaires de l’ingénierie et de la maîtrise d'oeuvre

  • institutionnels
  • ingénieurs conseils, BET, BET spécialisés, économistes, propres à chaque opération.

Juridique

  • juristes du droit de la construction
  • juristes du droit des affaires, des prud’hommes,
  • juristes des conflits entre professionnels, juges des chambres ordinales.

Pathologies

  • experts près les tribunaux,
  • juges des chambres de construction,
  • mutuelle des architectes, experts de la MAF
  • assureurs, experts d’assureurs, experts d’assurés,
  • avocats spécialisés en affaires de construction.

Entreprises

  • institutionnels, fédérations
  • bureaux et sociétés de méthodes, BET d’entreprises propres à chaque opération ou question examinée.

Industriels

  • institutionnels, fédérations, groupements,
  • propres à chaque opération ou question examinée,
  • propres aux matériaux objet des études de cas Travail personnel demandé aux participants.
x