Catherine Giuli

Catherine Giuli

 Titre provisoire de la thèse : « Situation de Ricardo Porro De l’inconscient collectif à l’individuation, Archétypes, mythes et architecture du Soi »

Thèse débutée en 2018 et dirigée par Eric Monin, en co-direction avec Catherine Blain et Vincent Vivès, professeur de Lettres à l’UPHF.

Résumé de la thèse :

Cette recherche est le témoignage d’un exemple de processus de création scientifique — architecturale et pédagogique — et de ses ramifications, qu’il s’agit de lire dans une optique épistémologique.

Grande figure de l’architecture du XXème, Ricardo Porro a partagé sa vie entre son travail d’architecte, de peintre et de sculpteur, l’enseignement et les écrits théoriques (La Havane, Caracas, Paris, Strasbourg et Lille). Ses réflexions, ancrées dans la réévaluation de l’héritage de l’enseignement des Beaux-arts qui anime l’époque, sont à chercher dans la proposition d’une architecture figurative, d’un « urbanisme de communication» et d’une théorie sur l’interprétation et le langage de l’architecture. Celle-ci conjuguent l’idéalisme de ses réflexions, l’expressionnisme avec un constant souci du message, de la métaphore et des lois spirituelles qui le gouvernent. Ses oeuvres — des écoles d’arts plastiques et de danse moderne de La Havane qu’il dessine pour Fidel Castro au centre d’art « L’Or du Rhin » de Vaduz et au collège « La Colombe » de Saint-Denis – et sa prise de position dans le débat sur l‘enseignement de l’architecture dès le début des années 1960, ou encore ses réflexions sur l’art relèvent d’une recherche complexe des lois fondamentales de l’exercice de l’architecture. Ricardo Porro n’a jamais cessé d’entretenir avec la littérature et la philosophie des liens étroits depuis sa formation jusqu’à son dernier chantier, intégrant des images et les transfigurant dans son architecture. Cela permet de faire émerger une question qui l’occupera de manière constante: la nécessité d’en arriver, face à un problème esthétique ou conceptuel, non seulement à une prise en considération de l’ensemble des usages, mais également à une représentation synthétique privilégiant archétypes, mythes et architecture du Soi.

Formation :

  • Diplôme d’architecte DPLG obtenu en 1993 à l’Ecole d’Architecture de Lille: Etudes et
    aménagements des espaces publics de la Ville de Douai.
  • Master Recherche, Lettres, Langues, Ecritures – Diplôme obtenu en 2018 à l’UPHF
    Valenciennes.

Interventions :

  • Séminaire doctoral du LACTH en 2019: intervention sur la problématique de la thèse
  • Intervention en Séminaire exploratoire en 2019 : l’enseignement de Ricardo Porro, le diplôme de Jean-Marie Choquelle
  • Intervention au Festival national d’histoire de l’art de 2018 – Château de Fontainebleau –
  • Présentation des travaux d’Assdis Olafsdottir, directrice de la Maison Louis Carré d’Alvar Aalto et de Stéphanie Quantin- Biancalini, commissaire de l’exposition Alvar Aalto à la Cité de l’Architecture et du Patrimoine en 2018.
  • Intervention en Master de Lettres en 2017: la conférence de Michel Foucault « Les espaces autres » 1966.

 

Activités de Recherche :

  • Participation au programme de recherche ANR sur l’enseignement de l’architecture:
    -l’enseignement de l’architecture après 1968
    -les enseignantes de l’école d’architecture de Lille

 

 

Activités d’enseignement :

  • Enseignante certifiée d’Arts Plastiques
  • Membre de jury du CAPES d’Arts Plastiques
  • Intervenante à Polytech-Lille: Cours Espaces et Formes en Master
  • Intervenante à l’Ecole d’Architecture et du Paysage de Lille: Cours Présentation/représentation en Licence 3
  • Intervenante en Licence de Lettres: Cours sur les manifestes littéraires et artistiques

 

 

 

    Contactez la

    15 + 2 =

    x